Astronome auto proclamé, le professeur Ecclitico est avant tout un imposteur : son impressionnant télescope ne sert ni plus ni moins qu’à duper les vrais passionnés des astres, tel Buonafede.

Il lui fait ainsi croire que sur la Lune, les demoiselles aiment les vieillards, que les hommes règnent sur les femmes, que le passage de la Terre à la Lune efface les méfaits du temps et ramène la paix entre les sexes. En réalité, il en veut à son argent, et à ses filles.

Ecclitico, le chevalier Ernesto et son serviteur Cecco imaginent un stratagème pour duper ce naïf seigneur et épouser chacun l’une de ses trois filles : ils lui font croire à la possibilité d’un voyage dans l’espace.
Ecclitico lui vend pour une somme astronomique un puissant somnifère, présenté comme une liqueur lunaire capable de le propulser sur la Lune. Assommé de fatigue, Buonafede s’endort dans son jardin, transformé durant son sommeil en un paysage lunaire, insolite et grandiose. 
À son réveil, persuadé qu’il est réellement arrivé sur la Lune, Buonafede croit reconnaître en Cecco, l’empereur de la Lune, à qui il concède la main de Lisetta, et fait la promesse de faire venir ses deux filles Clarice et Flaminia. Celles-ci, déjà amoureuses d'Ecclitico et d'Ernesto, ont participé au complot.  À l’arrivée des trois jeunes filles, une grande parade royale est lancée, lors de laquelle Buonafede est promu chevalier, moyennant finance.
Il ne se rend compte de la tromperie qu’un peu plus tard. Mais apprenant qu’Ernesto est fortuné, qu’Ecclitico ne manque pas de ressources et que Cecco est un brave garcon, Buonafede finit par accepter le mariage de ses trois filles. Un chant célèbre alors la Lune.

Carlo Goldoni avait écrit le livret pour Baldassare Galuppi en 1750. La première representation de l’opéra composé par Haydn a eu lieu le 3 août 1779 à Eszterhàza (Hongrie).
Dans ce dramma giocoso, le sentiment le cède à l’intérêt et au calcul. C’est une fable sur la crédulité des hommes, toujours prêts à croire aux prodiges. Sur ce livret cynique et savoureux, Haydn compose une musique inventive et raffinée, aussi malicieuse que l’esprit d’Ecclitico !



Distribution

  • Date 25 mars 2014
  • Durée 2h 31min
  • Production Oxymore/ Opéra de Monte-Carlo / Cercle de l'Harmonie / Mezzo, avec la participation de France Télévisions
  • Réalisation David Mathy
  • Compositeur Joseph Haydn
  • Metteur en scène Emilio Sagi
  • Chef d'orchestre Jérémie Rhorer
  • Orchestre Orchestre Le Cercle de l'Harmonie
  • Compagnie Choeur de l’Opéra de Monte-Carlo
  • Librettiste Livret de Polisseno Fegejo Pastor, d’après celui de Carlo Goldoni
  • Chef de coeur Stefano Visconti
  • Décors Daniel Bianco
  • Costumes Pepa Ojanguren
  • Lumières Albert Faura
  • Solistes Philippe Do - Ecclitico / Giuseppina Bridelli - Ernesto / Roberto De Candia - Buonafede / Hélène Le Corre - Clarice / Alessandra Marianelli - Flaminia / Annalisa Stroppa - Lisetta / Mathias Vidal - Cecco
A lire aussi

Alerte résultats de la présidentielle 2017
M'alerter dès que les résultats seront publiés !