Feuilleton : Piano aux Jacobins dans la ville rose 5/5

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 18/09/2012 à 16H36
Le Piano aux Jacobins - Toulouse

Le Piano aux Jacobins - Toulouse

© Jean-Claude Meauxsoon

Du 4 au 28 septembre se déroule à Toulouse la 33ème édition du Piano aux Jacobins, festival célébrant jeunes prodiges et grands noms du piano classique et jazz. Les connaisseurs pourront donc s'y régaler, et les novices s'initier aux nuances de l'interprétation pianistique, au sein du cloître de l'église des Jacobins et d'autres lieux symboliques de la ville.

Et depuis 33 ans, ce temps fort culturel demande une organisation rigoureuse et efficace. C'est pourquoi dix personnes s'attellent aux préparatifs du festival, dont fait partie l'accordage des pianos. Un travail minutieux assuré par François Petit, depuis la naissance de l'événement. Intéressons-nous donc aux métiers de l'ombre, avant de laisser place, sur scène, au pianiste Henri Barda, qui inaugure cette année ces réjouissances musicales.

 

Anastasya Terenkova a 31 ans. Elle est l'invitée de la deuxième soirée du festival Piano aux Jacobins. Après des études à Gnessine's, l'École Spéciale de Musique de Moscou puis au Conservatoire de Paris, elle a multiplié les concerts, émissions de télévision et de radio, enregistrements studio et collaborations. Elle jouera ce soir pour la première fois, sous les lumières enchanteresses du cloître des Jacobins. 

 

Et c'est avec un programme audacieux, où le rapprochement singulier entre le romantique Frédéric Chopin et le baroque Domenico Scarlatti semble annihiler toute notion de temps, que la pureté et la puissance de la demoiselle russe ont conquis le public toulousain. Le concert d'Anastasya se finira par Les Tableaux d'une Exposition, une suite pour piano de Modeste Moussorgski unanimement saluée par le public, qui rappellera cinq fois la jeune pianiste sur scène. 

Rencontre maintenant avec Catherine d'Argoubet, créatrice du Piano aux Jacobins, qui se réjouit de voir évoluer son ouvrage sous les mains expertes des organisateurs et administrateurs, bien occupés en cette période. À l'origine petit événement ponctuel, le festival a pris de l'ampleur, s'est ouvert au jazz, et en développant une programmation annuelle a su fidéliser un public de plus en plus nombreux. Tout en continuant à dorloter comme il se doit les artistes venus des quatre coins du monde, qui semblent ravis de l'accueil.

Enfin, partons à la rencontre du personnage incontournable, si ce n'est principal, du festival : le Piano. Installé sur la scène du cloître, ce Steinway & Sons venu spécialement de Hambourg, n'en bougera pas avant le 28 septembre. Le temps pour lui de s'habituer à l'endroit, et les musiciens à lui. Nelson Goerner, pianiste argentin, y a posé hier ses doigts de virtuose pour un récital dédié à Bach, Mendelssohn et Chopin. Et entre lui et l'instrument, la sauce a eu l'air de prendre...

Le Piano aux Jacobins - Toulouse

Du 4 au 28 Septembre

Cloître des Jacobins, Cité de l'Espace, Auditorium Jean Cassou...