Festival "Voix et Routes Romanes" : Carmina Burana en V.F.

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 05/07/2009 à 11H39
Festival "Voix et Routes Romanes" : Carmina Burana en V.F.

Festival "Voix et Routes Romanes" : Carmina Burana en V.F.

© Culturebox

La 17ème édition du Festival de musique ancienne "Voix et Routes Romanes" se déroule du 19 juin au 4 Octobre 2009. Différents sites historiques de la région strasbourgeoise accueillent cet événement comme l'abbatiale St-Pierre et St-Paul d'Ottmarsheim, le Château du Haut-Koenigsbourg ou l'église St-Thomas de Strasbourg.
 
Les poèmes de Beuren - ou "Carmina Burana" en version latine - est le nom donné
à un manuscrit découvert par hasard en 1803 dans l'Abbaye bénédictine de Beuren (Benediktbeuern), en Haute-Bavière près de Munich. Il a été édité pour la première fois en 1847. Il s'agit d'une compilation de chants profanes et religieux composés en allemand, en français ou en latin, probablement retranscrits entre 1225 et 1250, et colportés par des ecclésiastiques défroqués devenus étudiants nomades : les Goliards. Les textes semblent par leur diversité linguistique provenir de plusieurs régions d'Europe. Le manuscrit est composé de plus de 200 morceaux différents, comportant à la fois des chansons d'amour, des chansons à boire, des chansons morales ou satiriques et des pièces plus religieuses. Certains morceaux sont polyphoniques, on y retrouve des influences issues des chants de troubadour, des Versus de St Martial de Limoges ou de chants créés par un poète de Cologne. Les Goliards, à qui l'on prête la paternité de ces transcriptions, sont des clercs, c'est à dire des étudiants échappés de la hiérarchie de l'Eglise et qui pratiquent le vagabondage intellectuel à travers l'Europe. Tantôt artistes, bouffons ou poètes, ils sont connus pour leur critique de l'ordre social et de l'ordre religieux. Au 13ème siècle, leur activité fût interdite par l'Eglise et les privilèges ecclésiastiques leur furent définitivement retirés.