Emmanuel Krivine et l'Orchestre de Lyon: retrouvailles autour d'un French Kiss

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 03/02/2012 à 12H11
Emmanuel Krivine retrouve l'ONL le temps de trois concerts

Emmanuel Krivine retrouve l'ONL le temps de trois concerts

© Bertrand Langlois / AFP

Après douze ans d'absence, Emmanuel Krivine retrouve les musiciens de l'Orchestre National de Lyon pour trois concerts donnés à l'occasion du festival French Kiss (jusqu'au 10 février). Pour le maestro âgé de 65 ans, c'est l'occasion de renouer avec un orchestre qu'il a dirigé et qui a marqué sa carrière sur le plan humain et musical. Une équipe de France 3 Lyon a pu suivre une répétition entre le chef et les musiciens, dont la violoncelliste Anne Gastinel.

 

 

Si vous n'êtes pas lyonnais ou passionné par le monde  de la musique classique, vous ne comprendrez peut-être pas le caractère particulier de ces retrouvailles entre Emmanuel Krivine et l'Orchestre National de Lyon. Résumé des épisodes précédents : en 1987, Emmanuel Krivine est nommé directeur de l'ONL. Un poste qu'il occupera durant quinze ans  dans une ambiance parfois extrêmement tendue. Ses débuts furent en effet difficiles. Doté d'un tempérament impatient et très exigeant, Krivine imposa des auditions aux musiciens pour vérifier leur niveau et "réveiller l'orchestre".
Sa première représentation reste dans les annales : les musiciens ont gardé le silence pendant cinq minutes tandis qu'on entendait dans la salle des "Krivine assassin !". Le chef passe alors pour un dictateur. Lui même le reconnaît : "Au début de ma carrière, je ne concevais la relation avec l'orchestre que sous l'angle conflictuel". Au fil du temps, les relations se sont peu à peu apaisées et l'ONL a gagné une envergure internationale grâce à Krivine. Malgré tout, en juillet 2000, il quitte la structure.
Aujourd'hui, il partage son temps entre l'Orchestre Philarmonique du Luxembourg et la Chambre Philarmonique où il semble avoir découvert de nouveaux rapports humains : "Certains orchestres ont besoin d'un père symbolique à tuer" explique t-il. "A la Chambre, on est entre adultes : le rapport chef-orchestre se fonde sur l'écoute et non sur la peur".

 

 

Emmanuel Krivine dit avoir "appris à concilier exigence et réalité". Il faut dire qu'il possède maintenant un recul et une expérience musicale de...59 ans ! En effet, le petit Emmanuel, né en 1947 à Grenoble d'une mère polonaise et d'un père russe, a commencé le violon à l'âge de 6 ans. Un instrument qu'il va très vite maîtrisé, décrochant son premier prix à seize ans et se perfectionnant ensuite avec les plus grands, Henryk Szeryng et Yehudi Menuhin. Plus tard, il découvre la baguette du chef d'orchestre et sera ponctuellement invité à diriger le Philharmonique de Radio France. Il a alors 29 ans et sa carrière est liée au violon. Mais en 1981, il s'endort au volant de sa voiture. L'accident lui laisse le bras gauche presque paralysé. Adieu le violon. Il sera donc chef d'orchestre même si la douleur de son bras le fait souffrir après chaque concert. Une douleur et une volonté de perfection qui expliquent peut-être en partie ce tempérament parfois dur. Mais le talent d'Emmanuel Krivine a su faire oublier bien des traits rudes de son caractère. Les lyonnais semblent heureux de le voir revenir pour ces trois concerts. Conscients peut-être que si l'Orchestre National de Lyon a aujourd'hui une envergure internationale, c'est en partie  grâce à Emmanuel Krivine.

 

Emmanuel Krivine dirige l'ONL au Festival French Kiss le 4 février à 18h et le 5 février à 16h  à l'Auditorium de Lyon, 149 rue Garibaldi 69 003 - Tél : 04 78 95 95 95