"Einstein on the Beach", toujours aussi radical et moderne 38 ans après

Par @sophiejouve1 Rédactrice en chef adjointe de Culturebox, responsable de la rubrique Théâtre-Danse
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 07/01/2014 à 12H35
"Einstein on the Beach" au Châtelet et sur Culturebox

"Einstein on the Beach" au Châtelet et sur Culturebox

© Stéphane Berger/Sipa

L’opéra « Einstein on the Beach » mis en scène par Robert Wilson sur la musique du compositeur américain Philip Glass est joué à guichet fermé au théâtre du Châtelet du 7 au 12 janvier. Consolez-vous, cet opéra mythique fait pour la première fois l’objet d’une captation vidéo que vous pourrez savourer sur Culturebox, mardi 7 janvier à partir de 18h20.

Mannequins, androïdes ou humains, ils sont propulsés un à un dans la fosse d’orchestre ; le chœur de 12 chanteurs d’ « Einstein on the Beach », sera tour à tour obsédant, dérangeant, puis peu à peu véritablement envoûtant, qu’il égrène séries de chiffres (formules mathématiques ?) ou mots obscurs.
 
Dès le premier tableau, l’univers si singulier de Robert Wilson se met en place : jeux de lumières acides et tranchantes, maquillage de cinéma muet (fard blanc, bouche carmin, regard charbonneux), effet de répétitions, tableaux d’une grande beauté esthétique qui se composent et se décomposent sous nos yeux.
  De la locomotive à vapeur à la bombe atomique

  De la locomotive à vapeur à la bombe atomique

© Stéphane Berger/Sipa
 
Les éléments du puzzle font sens et s’imbriquent  
Dans cet opéra qui a révolutionné la mise en scène et propulsé Bob Wilson sur la scène internationale, pas de récit linéaires mais une succession de séquences évoquant la vie d’Einstein et la notion d’espace-temps.
 
Une installation qui peut désarçonner, pendant les deux premiers tableaux, puis on ne sait par quelle magie les éléments du puzzle font sens et s’imbriquent.   
 
De la locomotive à vapeur à la bombe atomique, les tableaux s’enchaînent entrecoupés par de la danse chorégraphiée par la grande Lucinda Childs. Lucinda Child, une des papesses de la danse américaine, joue de la répétition du mouvement et explore la notion d’espace-temps chère à Wilson. 
Eotb tab
 
Fascinés par la beauté et l'étrangeté
Les textes en anglais non traduits ont été écrits par Christopher Knowles, un jeune autiste que Bob Wilson avait rencontré lorsqu’il était éducateur pour enfants en difficultés.
 
Le spectacle créé à Avignon en 1976 avait révolutionné par sa modernité et sa radicalité l’art théâtrale, 38 ans plus tard, il demeure toujours aussi incroyable dans les principes qu’il énonce.
 
4 actes divisés en courts tableaux, 4h30 de spectacle sans entracte où le spectateur est invité à entrer et sortir en toute liberté.
 
Avouons-le, on avait envisagé cette possibilité avant que le spectacle commence. Mais on est resté sans effort, fascinés par la beauté et l’étrangeté de ce qui se déroulait devant nous.
 
Cette expérience vous pourrez la vivre chez vous, ce soir, mardi 7 janvier 2014 sur Culturebox à partir de 18h20 (puis en replay). Il s’agira de la toute première captation vidéo de cet opéra-ovni. Un évènement !
Extrait de "Einstein on the beach"
 
"Enstein on the Beach" sur Culturebox, mardi 7 janvier à partir de 18h20.
Puis en replay