"Dysfonctionnements" à l'Opéra de Saint-Etienne: 9 responsables suspendus par la nouvelle municipalité

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 01/05/2014 à 11H51
Les gradins de l'Opéra Théâtre de Saint Etienne

Les gradins de l'Opéra Théâtre de Saint Etienne

© CELIK ERKUL/PHOTOPQR/LE PROGRES

Neuf cadres en charge de la culture à Saint-Etienne ont été suspendus mercredi dans le cadre d'une enquête administrative sur de "graves dysfonctionnements" à l'Opéra Théâtre de la ville, a-t-on appris auprès de la nouvelle municipalité UMP. L'ancien maire parle, lui, de "la chasse aux sorcières".

"Neuf personnes sont suspendues à titre conservatoire de leurs fonctions pour qu'elles puissent préparer dans la sérénité leurs observations dans l'enquête administrative qui vient d'être ouverture sur l'Opéra Théâtre", a déclaré tard mercredi soir à l'AFP Michel Béal, l'adjoint au maire en charge des Ressources humaines.
Les principaux cadres de Saint-Etienne en charge de ce secteur (directeur général adjoint des services de la ville en charge de la culture, directeur des affaires culturelles, directeur de l'Opéra Théâtre et plusieurs de ses proches collaborateurs) sont visés par cette mesure.
"L'enquête administrative qui sera diligentée la semaine prochaine vise à faire la lumière sur de graves dysfonctionnements financiers et en matière de sécurité dont a pris connaissance la nouvelle municipalité", a indiqué l'élu.
Il a précisé que "l'audition de ces personnes doit permettre d'établir si leur responsabilité est engagée".
Gael Perdriau, maire UMP de Saint-Etienne

Gael Perdriau, maire UMP de Saint-Etienne

© Yves Salvat/PHOTOPQR/LE PROGRES
"Ces suspensions, sans incidence sur la rémunération des intéressés, a notamment pour but de les mettre à l'abri de manifestations d'hostilité du personnel", selon l'adjoint au nouveau maire UMP de Saint-Etienne, Gaël Perdriau.
Dans un communiqué intitulé "la chasse aux sorcières est lancée", l'ancien maire PS de Saint-Etienne, Maurice Vincent, évoquait mercredi soir une "scandaleuse déstabilisation qui vise clairement à liquider la direction actuelle de l'institution".