Décès du baryton Franck Ferrari

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 18/06/2015 à 14H25
Le baryton Franck Ferrari, Ourrias dans "Mireille de Gounod" à l'Opéra Garnier à Paris (11 septembre 2009)

Le baryton Franck Ferrari, Ourrias dans "Mireille de Gounod" à l'Opéra Garnier à Paris (11 septembre 2009)

© Patrick Kovarik / AFP

Le baryton français Franck Ferrari est décédé jeudi matin à la suite d'une maladie, a annoncé Christian Estrosi, maire de Nice, ville où le chanteur était né et avait fait ses études musicales.

Franck Ferrari "était la vitalité même", souligne le maire de Nice dans son hommage. "Franck maintenait une tradition qui s'enracine dans les siècles, celle de la 'belle voix' qui a ému et émeut encore des milliers de passionnés d'opéra".
 
Le baryton avait étudié au conservatoire de Nice où il a obtenu un Premier prix de chant et d'art lyrique, avant les Grands prix de Marseille, Paris et Toulouse.

Un passionné de mélodie française     

Il est alors engagé pour des rôles tels que Figaro ("Les Noces de Figaro"),  le rôle-titre de "Don Giovanni", Malatesta ("Don Pasquale"), Marcello ("La Bohème"),  Belcore ("L'Élixir d'amour") et Albert ("Werther"). Mais son rôle vedette est sans doute celui d'Escamillo dans "Carmen", qu'il a interprété sous la direction de Jean-Claude Casadesus et de Michel Plasson en France, au Hollywood Bowl de Los Angeles et au Teatro Regio de Turin.
              
Franck Ferrari s'est produit très régulièrement sur la scène de l'Opéra national de Paris, où il a chanté en 2007 les quatre rôles dans Les Contes  d'Hoffmann et Paolo dans "Simon Boccanegra". Il affectionnait particulièrement le répertoire de la mélodie française (Duparc, Ibert, Ravel) et avait enregistré l'intégrale des mélodies de Jacques Ibert accompagné par Dalton Baldwin.