"Debussy, la musique et les arts" à L'Orangerie à Paris

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 22/02/2012 à 16H01
"La vague de Kanogawa", par Hokusai, servira d'illustration à la partition de "La Mer" de Debussy

"La vague de Kanogawa", par Hokusai, servira d'illustration à la partition de "La Mer" de Debussy

© Gianni Dagli Orti/The Picture Desk

Parcours pictural, littéraire et musical, l'exposition "Debussy, la musique et les arts" dévoile l'univers d'un compositeur immergé dans l'avant garde artistique du début du XXè siècle, du 22 février au 11 juin au Musée de l'Orangerie à Paris.

Compositeur impressionniste
Debussy disait aimer "les images presque autant que la musique". De fait consacrer une exposition au musicien français portée par la peinture, mais pas seulement, est toute logique, mais aussi originale. L'exposition se nourrit en particulier des célèbres peintures marines qui ont inspiré le compositeur de "La Mer", l'oeuvre la plus connue et la plus jouée du compositeur.

Des toiles de Degas, Turner, Manet, ou Winslow Homer, évoquant la mer ou les jeux d'eau, comme "Sur la plage" d'Edouard Manet, "Paysage avec une rivière et une baie au loin" de Turner, ou bien les célèbres "Nymphéas" de Claude Monet figurent parmi les sources d'inspiration du musicien souvent qualifié d'"impressionniste".

L'univers artistique foisonnant de Claude Debussy (1862-1918) est restitué dans ce jeu de correspondances entre peinture, poésie et musique, jusqu'aux Fauves dont la vivacité des couleurs a troublé le compositeur.

Estampes japonaises dont l'une, "La Vague", fut reproduite sur la couverture de la partition de "La Mer", sculptures de Camille Claudel, projets de décor de Léon Bakst pour les opéras de Debussy, poèmes de Mallarmé, partitions minutieusement écrites et annotées complètent les peintures marines.

La couverture de la partition originale de "La Mer" de Claude Debussy reproduit "La Vague de Kanogawa", par Hokusai

La couverture de la partition originale de "La Mer" de Claude Debussy reproduit "La Vague de Kanogawa", par Hokusai

© Gianni Dagli Orti/The Picture Desk

De nombreux tableaux représentent les filles du peintre Henry Lerolle, comme celui de Renoir qui peint "Christine et Yvonne au piano", ou un autre de Maurice Denis, "Portrait d'Yvonne Lerolle sous trois aspects". Yvonne fut l'inspiratrice éthérée de Mélisande, héroïne de l'opéra le plus célèbre de Debussy, "Pelléas et Mélisande". Des tableaux d'Edward Munch évoquent la jalousie, omniprésente dans cet opéra.

Claude Debussy à la pêche avec des amis sur les bords de la Marne en 1893

Claude Debussy à la pêche avec des amis sur les bords de la Marne en 1893

© Gianni Dagli Orti/The Picture Desk

Crapeau géant
Des estampes délicates, en noir et blanc, de Félix Valloton représentent des instruments de musique, "Le Violon" ou encore "La Flûte", dont le personnage est supposé être Debussy lui-même.

Les portraits d'artistes illustrent l'entrelacs des influences artistiques : Edgar Degas fait un "Portrait d'Edouard Manet debout" tandis qu'Edouard Manet peint celui de Stéphane Mallarmé, qui côtoie celui de Paul Verlaine par Eugène Carrière. Celui de Debussy par Henry de Groux voisine avec celui de Wagner par Renoir.

Arkel, le crapeau de bois, fétiche de Claude Debussy

Arkel, le crapeau de bois, fétiche de Claude Debussy

© Gianni Dagli Orti/The Picture Desk

Sur le bureau de Debussy, exposé derrière un voile de tulle, un énorme crapaud chinois en bois japonais du XIXè siècle, objet fétiche que le musicien appelait "Arkel" et transportait partout avec lui, comme les poignées de fenêtre à sujet musical qu'il dévissait et emportait à chaque déménagement.

Debussy, la musique et les arts
22 février - 11 juin 2012
Musée de l'Orangerie, Jardin des Tuileries, 75001 Paris.
Ouvert tous les jours, sauf le mardi - de 9h à 18h (pas d'entrée après 17h30 - évacuation à 17h45)