Cécilia Bartoli triomphe dans "Norma" à Salzbourg

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 18/05/2013 à 10H31
La cantatrice Cécilia Bartoli (à droite) dans "Norma" au Festival de Salzbourg 2013.

La cantatrice Cécilia Bartoli (à droite) dans "Norma" au Festival de Salzbourg 2013.

© HANS JOERG MICHEL / SALZBURGER FESTSPIELE / AFP

La mezzo-soprano italienne Cecilia Bartoli a eu droit vendredi soir à une ovation fervente à l'ouverture de l'édition 2013 du Festival de Pentecôte de Salzbourg, en Autriche. Son interprétation bouleversante d'émotion du rôle-titre de l'opéra "La Norma" de Vincenzo Bellini lui a valu 12 minutes de rappels du public.

Douze minutes de rappels du public debout, trépignant des pieds, battant des mains en cadence, ovationnant les artistes lyriques comme les musiciens et les metteurs en scène : "la Bartoli", épuisée mais rayonnante à l'issue d'un rôle très exigeant, a savouré son triomphe.

Un "retour aux sources des oeuvres lyriques" voulu par la cantatrice
A 46 ans, Cecilia Bartoli, qui dirige le Festival fondé par le chef d'orchestre autrichien Herbert von Karajan (1908-1989) depuis 2012, a imprégné sa "marque de fabrique" avec "un retour aux sources des oeuvres lyriques", avait-elle déclaré avant la "première" de vendredi soir dans un entretien avec
l'AFP.

C'est pourquoi, comme lors de sa création en 1831 à La Scala de Milan avec Giuditta Pasta et comme l'avait voulu le compositeur italien Vincenzo Bellini (1801-1835), elle-même, avec son registre de mezzo-soprano, interprétait le rôle-titre de "La Norma", régulièrement dévolu ces dernières années à des sopranos.

Ce "retour aux sources", Cecilia Bartoli le voit aussi dans le recours aux instruments anciens qui permet "une nouvelle vision, une nouvelle sonorité et un vrai retour à la vérité de la partition". "Cela donne aussi un meilleur équilibre entre l'orchestre et la voix, un vrai dialogue".

Et cela permet également de "mieux restituer l'aspect pré-romantique et non vériste de l'opéra de Bellini : il est plus proche de Frédéric Chopin ou de Giuseppe Verdi que de Giacomo Puccini", estime ainsi la cantatrice qui le resitue dans la naissance du Risorgimento italien et la marche vers l'indépendance. Le tout avec un clien d'oeil à l'actrice italienne Anna Magnani et son rôle de mère tragique dans le film néo-réaliste de Roberto Rossellini "Rome, ville ouverte" sur la lutte contre le fascisme et l'occupant nazi.

Une interprétation totalement soutenue par l'inséparable duo - ils travaillent ensemble depuis 1983 - de metteurs en scène belgo-français Moshe Leiser et Patrice Caurier.

Le trailer 2013 du Festival de Salzbourg
Un thème chaque année au festival
Comme l'an dernier avec Cléôpatre, Cecilia Bartoli veut chaque année illustrer un thème, en 2013 et jusqu'au 20 mai ce sont "les victimes sacrifiées". Sur ce thème "Norma" est "la victime de l'amour".

Et, pour 2014, Cecilia Bartoli a annoncé vendredi un festival "Rossinissimo" tout entier dédié au compositeur italien Gioachino Rossini
(1792-1868).
   
 "La Norma", opéra de Vincenzo Bellini, mise en scène de Moshe Leiser et Patrice Caurier, direction d'orchestre Giovanni Antonini, choeurs Diego Fasolis/Gianluca Capuano, décors Christian Fenouillat, costumes Agostino Cavalca, éclairages Christophe Forey, dramaturgie Konrad Kühn, Cecilia Bartoli ("Norma"), Rebecca Olvera ("Adalgisa"), John Osborn ("Pollione"), Michele Pertusi ("Oroveso"), Orchestre La Scintilla, Coro della Radiotelevisione Svizzera/Lugano, est également joué au Festival de Salzbourg dimanche 19 mai et les 17-20-24-27-30 août.