Alexandre Tharaud offre une envoûtante version des Variations Goldberg à Lyon

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 16/03/2012 à 15H38
Alexandre Tharaud lors de la 19ème édition des Victoires de la Musique Classique le 20/02/12

Alexandre Tharaud lors de la 19ème édition des Victoires de la Musique Classique le 20/02/12

© Sadaka Edmond/SIPA

Sacré soliste instrumental de l'année aux Victoires de la Musique Classique 2012, le pianiste Alexandre Tharaud a fait une démonstration de son talent à Lyon en jouant avec une grande maîtrise l'intégralité des "Variations Goldberg" de Bach. Il se produira de nouveau ce soir sur la scène de Piano à Lyon avec un nouveau programme. Il interprètera 10 sonates de Scarlatti ainsi que des pièces de Liszt et de Chopin.

 

Comme après chaque concert, Alexandre Tharaud fut rappelé sur la scène de la salle Molière de Lyon. Il interpréta un morceau de Scarlatti, s'en alla, puis, une nouvelle fois rappelé, avoua au public qu'il était difficile pour lui de jouer une autre musique après avoir interprété pendant une heure les "Variations Goldberg" de Bach. Mais comme il ne voulait pas être impoli, ajouta-t-il, il rejoua une autre pièce de Scarlatti, pour le plus grand plaisir de ses auditeurs. 

Car il est vrai que les" Variations Goldberg", un des chefs d'oeuvres de Bach, demandent au pianiste une concentration et une dextérité très importante. Ecrites à l'origine pour un clavecin à deux claviers, l'usage fréquent du croisement de mains rend l'interprétation sur un seul clavier particulièrement difficile. Un exercice relevé avec talent par un Alexandre Tharaud très concentré mais qui laissa parfois entrevoir ses émotions. 

Depuis les années 50, les "Variarions Goldberg" sont intimement liées au pianiste Glenn Gloud. C'est lui qui enregistra les plus célèbres versions, en 1955 et en 1981. Depuis, de nombreux pianistes se sont essayés, avec plus ou moins de succès, à l'interprétation de cette oeuvre un peu à part du répertoire. 

 

 

 

Quant à Alexandre Tharaud, il poursuit lui aussi sa carrière d'exception. Certains le décrivent comme un virtuose exigeant, qui commença le piano à 5 ans et qui obtint à l'âge de 17 ans le premier prix du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris . D'autres apprécient chez lui son côté poète et éclectique et ses collaborations multiples. Artiste touche à tout, il s'est notamment fait remarqué en 2006 par Bartabas, qui avait entendu ses enregistrements des concertos italiens de Bach. Il lui demanda alors de l'accompagner pendant son spectacle équestre qu'il donna aux Nuits de Fourvière de Lyon.

 

 

Alexandre Tharaud s'est également essayé à la chanson, accompagné au piano par Bénabar. Et il va faire ses premiers pas d'acteur au cinéma. Il va  interpréter son propre rôle dans le prochain film de Mickael Haneke. 

 

 

Alexandre Tharaud  sera  en concert le 20 mars au Théâtre des Champs-Elysées à Paris, à Angers le 24 avril, à Saint-Etienne le 26 puis en tournée dans de nombreuses villes au mois de mai.