Simon Rattle quittera Berlin dès 2017 pour diriger le Symphonique de Londres

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 03/03/2015 à 15H41
Simon Rattle en 2010, à New York.

Simon Rattle en 2010, à New York.

© DERBALLA BRYAN/SIPA

Le chef d'orchestre britannique Simon Rattle qui avait succédé à Claudio Abbado à la tête du Berliner Philharmoniker quitte l'orchestre allemand d'ici deux ans. Il va prendre la tête du London Symphony Orchestra à compter de septembre 2017. L'homme revient ainsi dans son pays où il avait fait pendant 20 ans des miracles avec l'orchestre symphonique de Birmingham.

Simon Rattle, actuellement à la tête de la Philharmonie de Berlin où il avait succédé en 2002 à Claudio Abbado, avait expliqué en janvier qu'il n'irait pas au-delà de 2018 à Berlin. C'est finalement un peu plus tôt qu'il va quitter la capitale allemande pour venir rejoindre le London Symphony Orchestra (LSO) , où il avait pour la première fois joué en 1977, à l'âge de 22 ans, et où en janvier il a donné deux concerts à la très forte résonance. 

Une nouvelle salle symphonique pour Londres ?

A cette occasion, il avait ouvert le débat sur la nécessité pour Londres de se doter d'une nouvelle salle de concert, estimant que la capitale britannique souffrait de l'absence d'une salle à l'acoustique digne de ce nom pour accueillir de grands ensembles internationaux. 

Des propos apparemment entendus par le ministre des Finances, George Osborne, qui a annoncé le 20 février le financement d'une étude de faisabilité pour "donner à Londres une salle de renommée internationale comparable à celles d'autres villes majeures à travers le monde".

Une fulgurante carrière 

Fils d'un musicien de jazz, Simon Rattle naît en 1955 à Liverpool, la ville des Beatles, mais se dirige très vite vers le classique : études de piano, de violon et de percussion, et formation supérieure à la Royal Academy of Music de Londres où à sa sortie  il remporte le Concours de chef d'orchestre John-Player. 
Dès son arrivée en 1980 à la tête de l'Orchestre symphonique de Birmingham, Simon Rattle se fait remarquer par la critique pour sa direction et parvient en une moins de vingt ans à transformer l'orchestre régional en l'une des formations les plus en vue d'Angleterre. 
C'est grâce à cette réputation qu'il décroche, en 1999, l'un des plus postes les plus prestigieux pour un chef d'orchestre, la direction du Berliner Philharmoniker, dont la désignation se fait par les musiciens eux-mêmes. Avant lui, la charge avait été occupée par Herbert von Karajan et Claudio Abbado (qui l'avait ravie à Lorin Maazel). A Berlin, Simon Rattle s'illustre autant par l'interprétation du répertoire baroque et classique que par la valorisation de la musique contemporaine. 
A Londres, Simon rattle succédera au chef russe Valery Gergiev, qui lui prendra les rênes de l'Orchestre philharmonique de Munich.