Riccardo Muti démissionne de l'Opéra de Rome

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 22/09/2014 à 15H26
Riccardo Muti dirige l'orchestre de l'Opéra de Rome (11 mai 2012)

Riccardo Muti dirige l'orchestre de l'Opéra de Rome (11 mai 2012)

© Vincenzo Pinto / AFP

Riccardo Muti a démissionné de l'Opéra de Rome, après des mois de problèmes budgétaires et de grèves qui ont ébranlé la maison et menacent sa survie, a confirmé lundi le ministère italien de la Culture.

Estimant ne pas disposer de la "sérénité" nécessaire pour travailler, le célèbre chef d'orchestre a annoncé dans une lettre citée dans la presse italienne qu'il se retirait des productions d'"Aïda" de Verdi, et des "Noces de Figaro" de Mozart prévues cette saison.
 
Un opéra menacé de faillite
 
L'Opéra de Rome, menacé de faillite par une dette de presque 29 millions  d'euros, a connu trois grèves cet été. Un plan de sauvetage élaboré fin juillet avait été approuvé par tous les  syndicats hormis la Cgil et le Fials Cisal, qui représentent 25% des employés. Le maire de Rome, Ignazio Marino, avait alors agité le spectre de la liquidation.
 
Vendredi, les employés ont approuvé par référendum ce plan de sauvetage, qui doit débloquer 20 millions d'euros de fonds publics en échange d'une  restructuration interne. Mais la Cgil a remis en cause le résultat du vote et s'est dite prête "à toutes les actions nécessaires", y compris de nouvelles grèves.
 
L'Opéra de Rome, installé dans le Théâtre Costanzi entièrement remodelé sous Mussolini, a vu passer de grands noms comme Maria Callas.
 
Riccardo Muti était "chef honoraire à vie" de l'Opéra de Rome
 
Riccardo Muti, âgé de 73 ans, dont la démission dramatique en 2005 de La Scala de Milan qu'il dirigeait depuis 1986 a marqué les esprits, était devenu "chef honoraire à vie" de l'Opéra de Rome en 2011.
 
Le maestro reste directeur de l'Orchestre Symphonique de Chicago, et poursuivra en Italie son travail avec les jeunes de l'Orchestre Cherubini, dont il est le fondateur.
 
L'Opéra de Rome n'est pas le seul en difficulté. A Naples, la dette du Théâtre San Carlo s'élève ainsi à 40 millions d'euros. En 2014, les opéras italiens doivent recevoir 184 millions d'euros de fonds publics, ainsi que 98  millions en plus pour ceux en crise.