Ophélie Gaillard : "Le violoncelle se métamorphose selon les univers"

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 28/04/2015 à 18H04
Ophélie Gaillard en 2003 © PHOTOPQR/LE PARISIENA. AUBOIROUX/J.-B.QUENTIN

La célèbre violoncelliste Ophélie Gaillard se confronte à un nouveau répertoire dans l'album "Alvorada". Elle explore les répertoires ibérique et latino-américain.

Ophélie Gaillard, si elle a opté très tôt pour la pratique du violoncelle ancien, ne se laisse pas pour autant enfermer dans un répertoire. elle le prouve encore une fois avec cet album, dans lequel elle puise dans les registres ibérique et latino-américain. Une nouvelle marotte ? Non, répond-elle. Elle aime ces influences depuis toujours.

Il fallait juste trouver le temps de se les approprier, de rencontrer des musiciens pour l'accompagner dans ce voyage. Certaines pièces ont été écrites pour un violoncelle. Pour d'autres, il s'agit de transcriptions, ou d'accompagnement d'une voix, ou d'un autre instrument. "Il suffit de se laisser porter", résume-t-elle.

Ophélie Gaillard est l'invitée des Cinq Dernières Minutes du 13 heures de France 2 :


Ophélie Gaillard sera ce mercredi sur la scène de l'espace Michel Simon à Noisy Le Grand pour reprendre son duo créé en 2012 avec le danseur chorégraphe de hip hop Ibrahim Sissoko. Filigrane est un spectacle mêlant danse et musique classique.


L'album Alvorada, par Ophélie Gaillard, chez Aparte :

Alvorada, par Ophélie Gaillard © DR