Mozart à la crèche ou à la pause-déjeuner avec le Festival d'Auvers-sur-Oise

Par @Culturebox
Mis à jour le 23/06/2017 à 16H12, publié le 23/06/2017 à 15H58
Le pianiste Anthony Burlot a joué des airs de Mozart en crèche.

Le pianiste Anthony Burlot a joué des airs de Mozart en crèche.

© France 3 / Culturebox

Une vingtaine de concerts classiques sont programmés jusqu'au 7 juillet pour le festival d'Auvers-sur-Oise. Pascal Escande, son fondateur, souhaite par la même occasion, rendre accessible au plus grand nombre ce genre musical. Pour cela, il organise des "sensibilisations" et des mini-concerts. Mozart et Chopin résonnent jusque dans les crèches, les entreprises, et même les prisons.

Trente-sept ans que le festival d’Auvers-sur-Oise se présente comme une référence européenne de la musique classique. La programmation se veut toujours de qualité et très éclectique, entre stars montantes et monstres sacrés : du chef d'orchestre Matheus avec le Chœur de l’opéra de Nantes, au jeune pianiste Lucas Debargue, tous les styles sont représentés, du baroque au contemporain.

Mais loin de se cacher derrière une image élitiste, le festival cherche de nouvelles oreilles en s’invitant dans des lieux incongrus. Les plus petits peuvent découvrir leurs premières mélodies dans les crèches du Val-d’Oise, quand les plus grands profitent d’un temps de repos en entreprise pour se laisser bercer par les plus belles mélodies classiques. 

Reportage France 3 Paris Île-de-France T. Watine / L. Simondet  / T. Guiet

Rajeunir le public

C’est d’abord dans les crèches que les musiciens se sont invités. Avec curiosité, les plus petits s’éveillent aux premières notes des pianos mis à disposition. L’initiation commence à mesure que la mélodie s'installe. D’abord surpris, les parents sont conquis.
Dès leur entrée en crèche, les plus petits ont pu s'initier à la musique classique. 

Dès leur entrée en crèche, les plus petits ont pu s'initier à la musique classique. 

© France 3 / Culturebox
Claudia Kespy-Yahi, fondatrice des crèches Cap Enfants, met en évidence l’importance de cet éveil musical. "L’ouïe est le seul sens parfaitement développé quand l’enfant nait : on lui permet d’entretenir sa capacité d’écoute. Et qui dit meilleure écoute dit ensuite meilleur parler." Pour Claude Allard, la directrice, l'expérience est une franche réussite et sera reconduite.

Les enfants de cet âge n'ont, au maximum, que dix minutes d'attention. Lorsqu'Anthony est venu avec un chanteur lyrique, ils sont restés captivés pendant près de quarante-cinq minutes !


Outre cette capacité d'écoute décuplée, cette initiative permet d'éveiller très tôt les plus jeunes à de nouvelles sonorités. Les parents en profitent aussi pour combler leurs lacunes en musique classique.   

Des concerts pour perfectionner ses connaissances musicales 

Pour Pascal Escande, fondateur et directeur du festival, il existe un vrai déficit de connaissance générale de la musique classique. C’est ce qui l’a conduit à multiplier les partenariats  depuis quinze ans. Au détour d’une pause déjeuner, les salariés des entreprises partenaires assistent aux répétitions des artistes tout en se sensibilisant à cette nouvelle culture. 

La musique classique doit être partout !  

L'objectif de Pascal Escande est de rendre accessible la musique classique. 

L'objectif de Pascal Escande est de rendre accessible la musique classique. 

© France 3 / Culturebox
Le concept choisi par les organisteurs du festival d'Auvers-sur-Oise fonctionne pleinement. Ces initiations s'inscrivent dans la durée. Y compris en prison, le résultat est "très intéressant" estime Pascal Escande L’idée pourrait même s’exporter, puisque le Canada et surtout le Japon se sont penchés sur le sujet. Les premiers showcases de musique classique devraient avoir lieu cette année dans les centres de loisirs d'Osaka.