Max Emanuel Cencic, une voix d’or pour les airs de Vivaldi

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 11/02/2013 à 11H02
M.E.Cencic

M.E.Cencic

© Parnassus ARTS Productions-Julian Laidig

Il y a des voix qui enchantent l’oreille sans toujours savoir pourquoi. Les voix d’hommes dans les registres aigües font partie de celles-là. Aves les nombreuses années de travail de renaissance du baroque le grand public a appris à redécouvrir ces timbres au travers d’artistes talentueux. Le contre ténor croate, Max Emanuel Cencic fait partie de ces chanteurs qui font vibrer les salles de concert

Il débuta sa carrière très jeune, dès l’âge de 6 ans, soprano, comme membre des petits chanteurs de Vienne. L’adolescence passée, on le retrouvera comme sopraniste aux côtés des plus grands de la musique baroque : William Christie, René Jacobs, Rinaldo Alessandrini ou Jean Christophe Spinosi. Et puis la voix et le temps font voyager le chanteur dans les registres, mezzo soprano et aujourd’hui il affiche une tessiture de contre ténor, celle de la maturité d’une voix d’homme, aigüe.
 
L’année 2013 est sans aucun doute une grande année pour Max Emanuel Cencic. Le chanteur a décidé d’ouvrir cette saison par une invitation à un voyage à Venise, la sérénissime. D’abord sous forme de CD avec un très bel album autour d’airs de Vivaldi et de contemporains du prêtre roux de Venise, comme Caldara, Gasparini, Giacomelli ou Albinoni. Les amateurs d’opéra baroque avaient déjà admiré le travail du chanteur dans ce répertoire de Vivaldi, notamment dans Il Farnace en 2011 au festival d’Ambronay (Ain). Un travail qu’il reprendra cette année, notamment à l’opéra royal de Versailles.
Les choix de Cencic pour ce nouveau programme lui permettent d’exprimer toute la palette de son talent. L’onctuosité de sa voix fait suite à la fureur ou au lyrisme au fil des airs portés par l’ensemble Il Pomo d’oro dirigé par le violoniste Riccardo Minasi.
Cet ensemble va accompagner Max Emanuel Cencic pour sa tournée avec cette affiche « Venezia, airs d’opéra de la Sérénissime ». Avant le théâtre des Champs Elysées à Paris, la tournée commence dans un écrin pour l’art des castrats. La très belle chapelle de la Trinité à Lyon s’affiche comme un haut lieu où résonnent les plus belles voix de ce répertoire lyrique si fragile.
« Venezia, airs d’opéras de la sérénissime » Max Emanuel Cencic et Il Pomo d’oro dirigé par Riccardo Minasi, CD Virgin classics.
Concerts à la chapelle de la Trinité (Lyon), le 12 février, au théâtre des Champs Elysées (Paris) avec Fabio Biondi, le 15 février.