Découvrez l’œuvre qui fit passer du jour au lendemain un inconnu au statut de star de l’Opéra de Paris !

Voici l’œuvre qui fit du jour au lendemain passer un inconnu au statut de star de l’Opéra de Paris : au lendemain de la première triomphale des Danaïdes, officiellement signée de Gluck, ce dernier révéla que ce n’était pas lui mais son collègue Salieri qui en était l’auteur.

Une notoriété exceptionnelle s’empara alors de Salieri, qui devint la coqueluche des parisiens (sans avoir eu besoin de tuer Mozart…).

Initialement confié à Gluck, le livret des Danaïdes fut finalement mis en musique par son disciple Salieri qui signa l’une des plus remarquables partitions de la fin du XVIIIe siècle. La théâtralité du propos, l’intensité des sentiments et le lyrisme pathétique des airs justifient pleinement l’admiration de Berlioz pour cet ouvrage. Héritières de la réforme gluckiste, Les Danaïdes annoncent surtout le préromantisme de Méhul et Cherubini, tout en évoquant la grandeur tragique de Racine et de Corneille.

Distribution

  • Date 27 novembre 2013
  • Durée 2h 20min
  • Production Camera Lucida
  • Réalisation Christian Leblé
  • Compositeur Antonio Salieri
  • Chef d'orchestre Christophe Rousset
  • Orchestre Les Talens lyriques
  • Solistes Judith Van Wanroij - Hypermnestre / Philippe Talbot - Lyncée / Tassis Christoyannis - Danaüs / Katia Velletaz - Plancippe / Thomas Dolié - Pélagus