Le Festival de Saint-Denis dédie "L'enfance du Christ" de Berlioz à Colin Davis

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 30/05/2013 à 12H19
Sir Colin Davis, chef-d'orchestre de renommée internationale s'est éteint le 14 avril dernier.

Sir Colin Davis, chef-d'orchestre de renommée internationale s'est éteint le 14 avril dernier.

© Matt Creutziger

C'est dans la cathédrale Saint-Denis, lieu d'éternité et nécropole des rois de France, que le Festival Saint-Denis enchante depuis 45 ans tous les amoureux de la musique classique. Jusqu'au 28 juin, des artistes de renommée internationale se succéderont pour des concerts de prestige. Avec "L'enfance du Christ", oeuvre atypique de Berlioz en ouverture hier soir, flottait comme un parfum d'hommage.

James Conlon, armé de sa baguette, a mis toute son âme pour rendre hommage au grand chef-d'orchestre ami et habitué du Festival, Sir Colin Davis, disparu le 14 avril dernier. L'homme, spécialiste de Berlioz et chef de l'Orchestre symphonique de Londres, a été de nombreuses fois invité à diriger l’Orchestre National de France, et encore récemment au Festival de Saint-Denis. Son Requiem de Berlioz (2008) et son Requiem de Mozart (2012) resteront de grands et magnifiques souvenirs de musique et d’humanité. 

Avec "L'enfance du Christ", trilogie sacrée pour solistes, chœur, orchestre et orgue, le Festival espère toucher directement les coeurs et donner une image au sacré ...

Reportage de P. Sorgues, I. Audin, O. Crouet, R. Edgell
Le Festival Saint-Denis, axé sur la présentation d'oeuvres chorales et symphoniques du répertoire classique et s'ouvrant sur la musique du monde, joue la carte de la diversité. En proposant une oeuvre peu jouée, en marge des classiques requiems de Brahms ou de Fauré, le Festival permet au spectateur de faire travailler son imagination en produisant des images mentales. Berlioz, dramaturge de génie, raconte une histoire dans un tryptique où tout dans le son est visuel, du songe d'Hérode aux joies et chagrin de Marie et Joseph, en passant par la traversée du désert pour rejoindre l'Egypte.

Avec cette création parisienne en 1864, Berlioz voulait s'essayer au genre du théâtre religieux issu des représentations médiévales et redoutait un échec. Il signe l'oeuvre sous le pseudonyme de Pierre Ducré et dévoile qu'il est l'auteur quand est venu le temps du succès. Aujourd'hui, c'est la mezzo-soprano Stéphanie d'Oustrac qui a la tâche de transmettre la passion et la ferveur de Marie pour l'enfant-Dieu. Toute l'essence du sacré condensé dans une partition d'exception. 
"L'enfance du Christ" / "Repos de la Sainte famille" : dirigé par Sir Colin Davis
Nouvelle représentation de "L'enfance du Christ" vendredi 31 mai à 20 h 30 à la Basilique Cathédrale Saint-Denis

A découvrir : La création " Qawwali Famenco" qui mêle chant soufi et chant flamenco, avec le chanteur et compositeur Faiz Ali Faiz et la grande diva flamenco Carmen Linares. La magnifique "Symphonie de Psaumes" de Stravinski sera quant à elle présentée en clôture.

Programmation complète et tarifs sur le site du Festival de Saint-Denis.