La Philharmonie de Paris inaugurée par le président Hollande

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 15/01/2015 à 09H23
François Hollande ovationné lors de l'inauguration de la Philharmonie, le 14 janvier 2015.

François Hollande ovationné lors de l'inauguration de la Philharmonie, le 14 janvier 2015.

© Charles Platiau/AP/SIPA

François Hollande a inauguré le 14 janvier la Philharmonie de Paris, destinée à rivaliser avec les plus grandes salles mondiales, avec un hommage à la culture "toujours menacée", une semaine exactement après l'attentat contre le siège de Charlie Hebdo.

"C'est la culture que les terroristes voulaient atteindre", a lancé le chef de l'Etat, saluant dans la Philharmonie un projet "exceptionnel", "un événement comme Paris n'en avait pas connu depuis un quart de siècle", avec l'inauguration de l'Opéra Bastille (1989).

François Hollande ovationné, Jean Nouvel absent

Dans un pays ressoudé par les attentats, François Hollande a été ovationné par le public à son entrée dans la grande salle de 2.400 places. Les concerts d'inauguration de mercredi et jeudi sont dédiés aux victimes des attaques terroristes.

Seule fausse note, l'absence du concepteur du bâtiment, l'architecte Jean Nouvel, qui a décidé, à quelques heures du coup d'envoi, de boycotter l'inauguration. L'architecte star dénonce une ouverture "prématurée" et évoque le "mépris" dont il aurait été l'objet pendant la conduite du chantier qui a accumulé les retards, depuis son lancement en 2006. 

Mercredi soir, l'accès des invités et spectateurs payants s'est faite sous haute surveillance mais sans accroc, alors que la veille encore, le lieu était peuplé d'ouvriers maniant les perceuses.

Une adaptation nécessaire de l'orchestre

L'Orchestre de Paris, qui donnait le concert de gala, a littéralement "essuyé les plâtres" dans un bâtiment qui nécessitera encore plusieurs mois de finitions et a vu son coût exploser de 200 millions d'euros lors de son lancement en 2006 à 386 millions aujourd'hui. Les spectateurs étaient visiblement séduits par l'architecture audacieuse de la salle, à l'issue d'un premier concert dédié à la musique française (Gabriel Fauré, Maurice Ravel, Henri Dutilleux et une création de Thierry Escaich)..

La plus grande salle classique de Paris donne un sentiment d'intimité exceptionnel, avec ses lignes "enveloppantes", ses balcons flottants et son orchestre placé au centre, mettant le spectateur le plus éloigné à 32 mètres du chef d'orchestre (48 m Salle Pleyel). Sa construction a bénéficié des meilleurs acousticiens mondiaux, le Néo-Zélandais Harold Marshall et le Japonais Yasuhisa Toyota.

Les tests acoustiques vont se prolonger plusieurs mois, et les musiciens devront s'adapter à leur nouvelle salle. "On ne sait pas trop si on doit jouer fort ou moins fort, on a nos repères à prendre", explique la flûtiste Florence Souchard-Delépine, tout en décrivant, "un son aérien, une salle qui résonne et en même temps qui est précise". "Il ne faudra pas juger l'acoustique au premier concert", a prévenu le directeur de l'Orchestre de Paris Bruno Hamard pour qui "la probabilité, c'est que le résultat sera très bon, mais qu'il deviendra exceptionnel avec le temps".

Un million de visiteurs attendus

Quelque 500 musiciens (deux orchestres résidents et trois formations associées) "habitent" cette nouvelle maison de la musique, qui comprend aussi six salles de répétition, 10 studios de travail, un café, un restaurant, des ateliers pédagogiques et un espace d'exposition.
  
Les détracteurs de la Philharmonie lui reprochent son gigantisme et sa localisation excentrée dans un quartier populaire alors que le public de la musique classique avait ses habitudes Salle Pleyel, dans le VIIIe arrondissement huppé. Des "esprits chagrins", a lancé François Hollande, saluant un lieu "pour toutes les musiques, tous les répertoires, tous les publics".

"Le programme prévoit beaucoup d'actions pédagogiques en direction des  populations pas habituées à fréquenter des salles de musique symphonique", a souligné la ministre de la Culture Fleur Pellerin. La Philharmonie compte sur les week-end pour séduire un nouveau public, avec des tarifs modiques, des concerts courts pour les familles, des ateliers, des thèmes allant de la comédie musicale au hip hop en passant par David Bowie, objet de la première exposition en mars.

Le premier week-end "portes ouvertes" propose de nombreuses manifestations gratuites, dont une performance de 101 pianistes dirigés par le Chinois Lang Lang, samedi.

Reportage : M.Alexandra / M.Caillaud / L.Comiot
Son président Laurent Bayle, qui attend un million de visiteurs "en vitesse  de croisière", devra jongler avec un budget plus contraint que prévu : 30  millions d'euros au lieu de 36 initialement prévus, la Ville de Paris ayant réduit sa contribution.