Après le triomphe de ses séries de concerts à la tête du London Symphony Orchestra, consacrées à Chostakovitch et Prokofiev, c’est en compagnie de l’Orchestre du Théâtre Mariinsky que Valery Gergiev explore à nouveau pour nous l’œuvre symphonique de Chostakovitch.

La légende veut que la Septième Symphonie, sous-titrée « Leningrad », ait été composée sous les bombes, alors que les nazis assiégeaient la ville où vivait alors le compositeur avec sa famille. En réalité, seuls les deux mouvements centraux ont été composés dans Leningrad assiégée. La « Leningrad » dépeinte ici n’est pas celle qui résiste aux bombes nazies, mais bien plutôt « celle que Staline a détruite, et que Hitler s’est contenté d’achever », dira Chostakovitch. Il n’en demeure pas moins que cette œuvre monumentale, aux accents martiaux teintés d’amertume, sera élevée par le régime stalinien au rang de chant de résistance à la menace nazie pour encourager les forces combattantes. Composé en 1967, leDeuxième Concerto pour violon est indissociable de son créateur, David Oïstrakh : c’était même un cadeau d’anniversaire, pour les soixante ans du violoniste – qui découvrira là une œuvre à la hauteur de son génie instrumental. Une œuvre intense et virtuose, qu’interprétera une représentante de la jeune génération du violon russe, Alena Baeva.

En collaboration avec la Salle Pleyel.


Distribution

  • Date 16 février 2014
  • Durée 2h 33min
  • Production Telmondis
  • Chef d'orchestre Valery Gergiev
  • Orchestre Orchestre du Théâtre Mariinsky