Musique classique 15 oct 2016 disponible en replay entre le 15/10/2016 et le 15/10/2017.

Laurence Equilbey dirige la "Fantaisie chorale" de Beethoven

Le compositeur allemand Ludwig van Beethoven est à nouveau à l’honneur de cette soirée dirigée par Laurence Equilbey.

La Philharmonie de Paris accueille les deux ensembles créées par la chef d'orchestre, Insula orchestra et Accentus, ainsi que la violoniste Viktoria Mullova et la pianiste Alice Sara Ott. Tous redonnent vie à deux œuvres orchestrales et un Concerto pour violon du compositeur allemand.

Un compositeur majeur de la musique classique
C’est à l’occasion d’une exposition sur "Le mythe Beethoven" que la Philharmonie de Paris propose ce concert dédié à l’œuvre du compositeur allemand. Né en 1770 à Bonn en Allemagne, l’artiste fait partie avec Mozart et Haydn, qui fut un de ses professeurs, de ce que l’on nomme la "triade classique viennoise". Par ses compositions puissantes comme par son esprit rebelle et fougueux, le compositeur a joué un rôle décisif dans l’éclosion des talents de la musique romantique qui prit historiquement la place de la période classique vers 1820. Laurence Equilbey et son Insula Orchestra se concentrent aujourd’hui sur trois morceaux de cette œuvre prolifique.
 
Programme : Concerto, Les Ruines d’Athènes et une Fantaisie chorale pour piano

  • En première partie, Insula orchestra accompagne la prestigieuse violoniste russe Viktoria Mullova. L’orchestre et la musicienne délivrent une interprétation du seul concerto pour violon de Beethoven, le Concerto pour violon en ré majeur op.61 composé en 1806 . L’artiste conçut cet opus très rapidement à partir d'une commande du violoniste et chef d’orchestre Franz Clément. L’empreinte émotionnelle qui traverse cette œuvre fait écho à ses autres compositions de cette période, comme la Quatrième Symphonie ou le Triple Concerto n°56.
     
  • Pour lui donner suite, Laurence Equilbey convoque des extraits des "Ruines d’Athènes", œuvre de scène composée en 1811. Scindée en une ouverture et huit parties, la partition est née d’une demande de l’empereur d’Hongrie à l’occasion de l’inauguration d’un grand théâtre hongrois. Insula orchestra donnera à écouter trois morceaux de ces Ruines dont une vive marche turque.
     
  • L’oeuvre intitulée "Fantaisie chorale" achève cette soirée d'hommage à l’œuvre de Ludwig van Beethoven. Celle fut écrite pour piano, orchestre et choeur. Elle est accompagnée d'un texte de Christophe Kuffner, poète allemand. L’ensemble vocal Accentus, fondé par Laurence Equilbey en 1992 et aujourd’hui internationalement reconnu, s’allie avec la célèbre pianiste Alice Sara Ott pour lui donner vie. La "Fantaisie chorale" fut composée en 1808 et aurait été imaginée par Beethoven à l'occasion d'un concert qu'il concevait comme un baroud d’honneur (en savoir plus). La Fantaisie préfigure certains des thèmes de sa célèbre Neuvième Symphonie. Elle est souvent considérée comme une œuvre somme réunissant les diverses facettes de son auteur. Le jour de son interprétation, le compositeur occupa le rôle du pianiste.

Profitez d'un extrait de la Fantaisie chorale dirigée par Claudio Abbado, au milieu de la Philarmonie de Berlin :
Laurence Equilbey dirige la "Fantaisie chorale" de Beethoven Laurence Equilbey dirige la "Fantaisie chorale" de Beethoven

Distribution artistique : Laurence Equilbey, Insula Orchestra, Accentus, Viktoria Mullova et Alice Sara Ott
  • En 1992, Laurence Equilbey est déjà une chef d’orchestre reconnue par ses pairs. Souhaitant s’investir dans la musique a cappella, elle fonde alors Accentus, chœur de chambre spécialisé dans l’a cappella donc, mais aussi l'oratorio, l’opéra et la musique contemporaine. 20 ans plus tard, elle donne naissance à Insula Orchestra, formation travaillant sur des instruments d’époque et un répertoire concentré sur la musique classique et romantique, de Mozart à Schubert. Apprenez-en plus grâce à l'interview que Laurence Equilbey donnait à Culturebox, l'année de la création d'Insula.
     
  • Deux musiciennes de renom font partie intégrante de cette soirée. Viktoria Mullova pratique le violon depuis l’âge de 4 ans. Elle débute sa formation musicale au sein de l’Ecole de Musique Centrale de Moscou et remporte à 23 ans la médaille d’or du mythique Concours International de Tchaïkovski. Un an plus tard, en 1983, elle fuit le soviétisme et poursuit dès lors une carrière riche et diverse à l'Ouest, touchant autant aux œuvres classiques qu’à d’audacieuses reprises de la musique pop et jazz.
     
  • L’autre artiste présente est la pianiste Alice Sara Ott. Cette musicienne allemande d’origine japonaise entreprend l’apprentissage de son art dès l’âge de 4 ans et poursuit dès lors une carrière aux nombreux prix internationaux. Elle enregistre exclusivement pour le prestigieux label Deustche Grammophon dès 2008, à l’orée de ses 20 ans.

Distribution

  • Date 15 octobre 2016
  • Durée 58min
  • Production Camera Lucida
  • Réalisation Christian Leble
  • Chef d'orchestre Laurence Equilbey
  • Orchestre Insula Orchestra
  • Choeur Accentus
  • Solistes Viktoria Mullova : violon ; Alice Sara Ott : piano
A lire aussi