Edgar Moreau : rencontre en toute simplicité avec un prodige du violoncelle

Par @Culturebox Rédacteur en chef adjoint de Culturebox
Mis à jour le 18/09/2017 à 17H27, publié le 18/09/2017 à 15H29
Edgar Moreau à Beaulieu

Edgar Moreau à Beaulieu

© France 3 / Culturebox

Le Beaulieu Classic Festival s'est ouvert ce week-end avec une soirée hommage à Rostropovitch. C'est Edgar Moreau, accompagné de l'Orchestre de Cannes PACA qui a été chargé de cet hommage en interprétant Beethoven et Schumann. L'occasion de rencontrer ce jeune prodige du violoncelle qui parcourt le monde à tout juste 23 ans.

"Mon parcours a commencé grâce à une petite fille dans les rues de Paris. Je suis entré dans une boutique, j'avais trois ans à l'époque. Je vois cette petite fille qui apprend à jouer du violoncelle et je tombe amoureux de l'instrument".

Le jeune Edgar Moreau ne sait pas à ce moment-là qu'il va devenir, 20 ans plus tard une étoile du violoncelle qui brille de plus en plus sur la scène internationale. Une trajectoire qui rappelle bien des souvenirs à un autre très grand violoncelliste Frédéric Lodéon : "Quand j'étais jeune, j'étais sûr de mes forces; je travaillais beaucoup, j'avais du succès. Alors quanb je vois un jeune homme comme ça qui arrive des années après et qui a cette force, cette détermination, cette audace, ces moyens techniques cette sensibilité... je suis comblé".

Reportage France 3 Côte d'Azur : M. Roubaud-Soutrelle / C. Frederic / M. Roulot / J. Vatopoulos / F. Gras

Gagner sa vie en partageant

Soliste instrumental de l'année aux Victoires de la musique classique, Edgar Moreau parcourt le monde. "Aujourd'hui je suis à plus de 100 concerts par an. Ca veut dire 100 villes par an, beaucoup d'hôtels. C'est une vie très très active mais le soir quand on partage la musique avec le public, on se dit qu'on a de la chance de faire ce métier parce qu'on gagne notre vie en partageant des belles pages, de la belle musique. On rend des gens heureux"

La musique c'est un langage. Je n'essaie pas de traduire, quand je suis en train de jouer je suis en transe. C'est très difficile d'expliquer avec des mots ce que l'on ressent sur scène. Il y a de la concentration extrème, une sorte d'état second. C'est le but recherché d'arriver à se mettre dans un autre état pour donner le meilleur de nous-même".

Edgar Moreau

Le 27 novembre 2015, c'est à lui que l'on a demandé d'interpréter la sarabande de la 2e suite de Jean-Sébastien Bach lors de la cérémonie aux Invalides en hommage aux victimes des attentats du 13 novembre 2015 à Paris.

 

A 23 ans, Edgar Moreau fait souffler un vent de jeunesse sur le violoncelle. En témoigne son dernier album "Giovincello" qui rassemble un florilège de tubes de concertos pour violoncelle (haydn et Vivaldi) et une première mondiale : le concerto de Carlo Graziano, compositeur contemporain de Haydn