Catherine Cieslak : confidences à mon piano

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 10/04/2013 à 10H49
Catherine Cieslak chez elle devant son piano

Catherine Cieslak chez elle devant son piano

© France 3 DR

Catherine Cieslak est une totale autodidacte. Au piano depuis son plus jeune âge sans avoir jamais pris un seul cours, elle utilise ses sensations pour faire corps avec la musique et sortir des mélodies incroyables. La jeune femme a plus d'une corde a son arc, et compose elle-même les morceaux qu'elle interprète. Son premier album, "Piano solo", sonne comme une confidence intérieure.

Loin d'avoir été attachée à son piano comme le grand Mozart, c'est plutôt l'inverse qui est arrivé à Catherine Cieslak, jeune pianiste autodidacte d'origine polonaise. L'arracher à son instrument, ce serait comme lui enlever une partie d'elle-même. Dôtée d'une ouïe extrêmement fine et d'une capacité rare de nos jours, celle  de savoir écouter, Catherine a développé une extrême sensibilité, à fleur de peau. Avec elle, le piano résone de mille nuances merveilleuses, produisant des sons d'une grande pureté. Avec son premier album, "Piano Solo", c'est avant tout son âme qu'elle met à nu.

Reportage de J. Sousa, M. Codet-Boisse, M. Bernhard, J-F Andrieux
"Un piano, c'est comme un confident"

Quand la jeune femme appuie sur les touches, elle est transportée dans un autre univers. Comme Proust avec sa célèbre madeleine, Catherine Cieslak retrouve en jouant une part d'enfance. Elle compose de A à Z à l'oreille, met son cerveau en orbite et se livre à une forme de méditation toute personnelle. Les souvenirs et l'émotion pointent le bout de leur nez, et façonnent naturellement l'écriture. La sensation première l'emporte sur l'élaboration complexe. On est loin de la musique cérébrale contemporaine, pensée dans les moindres détails. Catherine, elle, se laisse guidée par sa seule intuition.
Sa musique a quelque chose de singulier, presque romanesque. Elle touche au coeur, comme si nous vivions nous aussi les histoires qu'elle raconte. Car c'est bien en conteuse que se transforme cette Lorelei aux cheveux blonds, qui donne littéralement sa voix à son instrument. On s'imagine quelque part en lévitation entre ciel et terre, dans un havre de paix ou un jardin d'éden, avec une infinie sensation d'apaisement. Fermez les yeux et laissez vous guider par cette mélodie céleste.
Piano Solo -Opus 2 - Une composition originale de Catherine Cieslack