Au camp nazi du Struthof, la voix étouffée des compositeurs juifs

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 18/11/2013 à 18H41
L'entrée du camp du Struthof à Natzwiller

L'entrée du camp du Struthof à Natzwiller

© RUFFER/CARO FOTOS/SIPA

En Alsace, l'ancien camp nazi du Struthof a résonné de la musique écrite par les compositeurs juifs morts en déportation ou pourchassés par les nazis. C'était l'une des soirées organisées par le quatrième Festival des Voix Etouffées qui dure en Alsace, à Paris et à Blois du 10 au 19 novembre 2013.

Les voix étouffées sont celles des compositeurs balayés par le vent dévastateur de la tempête nazie. Pourchassés, traqués, assassinés, certains d'entre eux ont continué de composer jusque dans l'horreur des camps de la mort.

La musique était d'ailleurs omniprésente dans cet enfer. Les nazis faisaient notamment jouer les musiciens déportés pour accompagner les condamnés à mort à leur supplice. C'est au point qu'il a fallu parfois des dizaines d'années à des survivants pour pouvoir à nouveau écouter certains morceaux de Beethoven. 

Reportage : R. Dinckel, Ph. Dezempte, J. Simonin
En plus des concerts proprement dits, des spécialistes internationaux ont animé un colloque autour du thème "Musique et camps de concentration", une exposition "L'orchestre du block 12" réunit au Conseil de l'Europe tous les documents relatifs au thème du festival. On y découvre notamment des photographies, des programmes de concerts (!) et des dessins d'artistes déportés montrant, par exemple, des musiciens dans l'enceinte des camps.
 
 L'orchestre des déportés dans le KL Lviv-Janowska (Pologne) joue pendant l'exécution des 
prisonniers russes. 1941-1945

 L'orchestre des déportés dans le KL Lviv-Janowska (Pologne) joue pendant l'exécution des  prisonniers russes. 1941-1945

© FORUM VOIX ETOUFFEES-CEMUT