En 1970, les Pink Floyd enregistre un disque concept qui fera date dans l’histoire de la musique: "Atom Heart Mother".
Né de la rébellion contre la standardisation de la musique pop, l’œuvre est un pont entre musique populaire et savante.

Aujourd’hui objet d’étude inscrite au programme du baccalauréat, l’œuvre est reprise en février 2012 avec à la baguette Ron Geesin. C’est l’occasion de réécouter et comprendre pourquoi ce melting pot musical s’inscrit à jamais dans l’histoire de la musique.

Paru en 1970, à l'aube de l'ère des concept albums et du rock expérimental, Atom Heart Mother - le cinquième album de Pink Floyd - allait résolument contre le format traditionnel de la chanson et du rock, délaissant volontiers les structures refrain-couplet pour s'aventurer vers la suite orchestrale, certains morceaux dépassant allègrement la barre des 25 minutes. Férus de musique classique, les membres du groupe s'étaient adjoint pour l'occasion les services de Ron Gleesin, qui détaille son travail et son engagement auprès d'eux ici.
C'est à ses côtés, et avec l'ensemble vocal les Métaboles, que l'Orchestre Philharmonique a revisité l'oeuvre en janvier dernier le temps d'un concert destiné à un public scolaire, le disque ayant été inscrit cette année au programme de l'option musique du baccalauréat. France Musique en donne également à lire une analyse foisonnante.

Distribution

  • Date 05 février 2012
  • Durée 45min
  • Genre Opéra / Classique
  • Production Camera Lucida
  • Réalisation Andy Sommer
  • Auteur Pink Floyd
  • Compositeur Ron Geesin
  • Chef d'orchestre Pierre-André Valade
  • Orchestre Orchestre Philharmonique de Radio France
  • Musiciens Ron Geesin - Composition et piano Jean-Claude Auclin - Violoncelle Serge Munuera - Orgue Hammond Amaury Filliard - Guitare électrique Philippe Chayeb - Guitare basse électrique Claude Salmieri - Batterie

Alerte résultats de la présidentielle 2017
M'alerter dès que les résultats seront publiés !