Concert du Nouvel An 2013 : Verdi et Wagner s'invitent chez les Strauss

Par @annieyanbekian Journaliste, responsable de la rubrique Jazz-Musiques du Monde de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 31/12/2012 à 09H30
L'Autrichien Franz Welser-Möst lors du Concert du Nouvel An 2011

L'Autrichien Franz Welser-Möst lors du Concert du Nouvel An 2011

© Dieter Nagl / AFP

Pour l'année du bicentenaire de la naissance de Giuseppe Verdi (1813-1901) et Richard Wagner (1813-1883), le concert classique le plus médiatisé du monde a inscrit les deux célèbres compositeurs d'opéras à son menu, où règneront comme à l'accoutumée les valses et polkas de la famille Strauss (Johan père, Johan fils -le plus illustre- et ses frères Josef et Eduard).

Sur France 2, rendez-vous mardi 1er janvier 2013 à 11h10 (pour la première partie) puis 12h15 (pour la seconde).

Pour la 73e édition de ce spectacle prestigieux, c'est le chef autrichien Franz Welser-Möst, 52 ans, qui dirigera l'Orchestre philharmonique de Vienne. Ce sera la seconde fois après 2011. En 2012, le chef d'orchestre letton Mariss Jansons avait remporté un énorme succès.

Depuis la fondation de l'Orchestre philharmonique de Vienne en 1842, les musiciens gèrent eux-mêmes leur formation et désignent leurs chefs. Teaser : Clemens Hellsberg, 1er violon, et le Concert du Nouvel An
Le premier violon de l'Orchestre philharmonique parle du fameux Concert du Nouvel An (décembre 2012)
Un cercle fermé de 15 chefs de prestige
Franz Welser-Möst, par ailleurs directeur musical de l'Opéra de Vienne et de l'Orchestre de Cleveland, fait office de "petit jeune" si on le compare à la plupart de ses collègues encore en activité, membres du cercle très fermé des chefs ayant été invités à diriger le prestigieux Concert du 1er janvier : son compatriote Nikolaus Harnoncourt, l'Américain Lorin Maazel, les Italiens Claudio Abbaddo et Riccardo Muti, l'Indien Zubin Mehta, le Japonais Seiji Ozawa, le Russo-Letton Mariss Jansons, le Français Georges Prêtre ou l'Israélo-Argentin Daniel Barenboïm.

Par le passé, le concert a été dirigé notamment par les Autrichiens Herbert von Karajan, Karl Böhm et Willi Boskovski, ou encore l'Allemand Clemens Krauss.

Cité par l'AFP, Franz Welser-Möst a indiqué qu'il savourait à l'avance "le plaisir inégalé de jouer la musique de la valse, qui est si profonde". Il a promis que l'édition 2012 serait "une invitation à la découverte", avec "un programme très subtil". C'est le chef invité et les musiciens qui préparent chaque année le répertoire du concert. Teaser : Paul Halwax, au tuba, et le Concert du Nouvel An
Paul Halwax, musicien de l'Orchestre philharmonique de Vienne, évoque sa joie de participer au Concert du Nouvel An et de jouer Strauss pour le monde entier (décembre 2012)
Hommages à Verdi et Wagner
Bien sûr, la majeure partie du répertoire 2013 sera dédiée à la musique de la dynastie Strauss. Mais en plus, afin de célébrer le 200e anniversaire de la naissance de Verdi et Wagner, l'orchestre jouera la musique du ballet de l'opéra de Verdi "Don Carlo" ainsi que le prélude du 3e acte de l'opéra "Lohengrin" de Wagner.

Le concert, organisé dans la somptueuse salle du Musikverein, à Vienne, doit être retransmis dans quelque 81 pays (un nouveau record, ils étaient 74 en 2012), dont 40 pays européens, mais aussi au Brésil, en Inde, au Japon ou aux Etats-Unis, en direct ou léger différé. Comme d'habitude, les césames du concert se sont arrachés un an à l'avance.

Un député autrichien réclame une enquête sur la période nazie
Deux jours avant le 73e Concert  du Nouvel An à Vienne, le parlementaire autrichien Vert Hans Walser a voulu rappeler "les pages brunes" -durant l'époque nazie- de la prestigieuse phalange. Député et historien, il a demandé dimanche la mise en place d'une commission indépendante d'historiens pour étudier la période 1938-1945, depuis l'annexion de l'Autriche par l'Allemagne nazie jusqu'à l'effondrement du IIIe Reich.

Hans Walser critique le fait que sur le site internet de l'orchestre, le premier concert  du Nouvel An, en 1939, apparaisse comme "un hommage sublime à l'Autriche", alors qu'il était en réalité "une des facettes de la politique culturelle nazie". Le député Vert déplore que l'orchestre n'honore pas la mémoire de ceux de ses membres "déportés et assassinés par les nazis", notamment des musiciens d'origine juive.

Il pointe également le fait qu'en 1966, un ancien dirigeant nazi, Baldur von Schirach, chef des Jeunesses hitlériennes puis Gauleiter (gouverneur) de Vienne (1941-1945), condamné à 20 ans de prison par le tribunal de Nuremberg, grâcié en 1966, ait reçu l'Anneau d'honneur de l'Orchestre philharmonique.

La demande de commission d'enquête rejetée
La demande de constitution d'une commission indépendante d'historiens a été refusée par le violoniste Clemens Hellsberg, élu par ses pairs à la tête de l'orchestre: "Les historiens ont un accès total et libre aux archives de l'Orchestre philharmonique", a-t-il dit à la radio publique Ö1. Quant à la remise de l'Anneau d'honneur à Von Schirach, Clemens Hellsberg indique qu'il s'agit "d'une intiative individuelle", dont "il n'y a aucune trace dans les archives". Le responsable de l'Orchestre philharmonique a cependant promis que le site allait être rénové avec un chapitre consacré à l'époque du nazisme.

Clemens Hellsberg a rappelé qu'il avait personnellement publié à ce sujet une brochure dès 1988 et que cette thématique était loin d'être occultée, comme le prouve la parution en 2011 du livre "Orchestres politisés : les Orchestres philharmoniques de Vienne et de Berlin sous le national-socialisme", de l'historien et critique musical Fritz Trümpi.