Intégrale des madrigaux de Monteverdi par les Arts Florissants et Paul Agnew. Le Livre V, de l'ancien et du nouveau

L'aventure des Arts Florissants se poursuit avec le Cinquième Livre des madrigaux de Monteverdi. Ce Livre est publié deux ans seulement après le Livre IV. Il est emprunt d'une grande puissance dramatique et marque le début de l'utilisation de la basse continue.

« Interpréter tous les Livres de madrigaux permet de comprendre la fantastique évolution de la musique de Monteverdi et à travers elle, de découvrir la révolution qui a eu lieu dans la musique en Italie au début du XVIIe siècle. » Paul Agnew, site des Arts Florissants  

Le madrigal
Le madrigal est une forme de musique vocale ancienne, qui s'est développée au cours de la Renaissance et du début de la période baroque.

Le Livre V, un Livre écrit en deux ans
Après les onze ans qui avaient séparé la publication de son Livre III (1592) du IV (1603), Monteverdi publie le Livre V au bout de deux ans seulement, en 1605. Cette rapidité s’explique par le fait que la plupart des pièces contenues dans les Livres IV et V ont été écrites avant et ont déjà circulé sous forme de manuscrit. Le Livre est ainsi un catalogue d’anciennes compositions et de très récentes, certaines d’entre elles datant du milieu des années 1590.

Une force dramatique toujours plus importante et le début de la basse continue 
Cette réunion de madrigaux présente dans le Livre V n'est pas nouvelle chez Monteverdi mais la force dramatique est ici portée à une degré plus élevé. En plus de cela, Monteverdi place au début de la partition une instruction nouvelle, recourir à une “basse continue”. Il n’est pas le premier compositeur à introduire un accompagnement instrumental à ses madrigaux, mais il étend son utilisation. Des duos entre ténors et sopranos mettant davantage en valeur les solos de chacune des voix sont rendus possibles. Il faut attendre le Livre VI en 1614 pour avoir des madrigaux prenant la forme de dialogues. 
 
Un Livre qui annonce la naissance de l'opéra
Le Livre V prépare Orfeo, le premier opéra de Monteverdi composé en 1607. Dès le Livre V, il rédéfinit constamment sa relation aux mots, pour davantage lier musique et paroles, ce qui est l'essence même de l'opéra. 

Présentation du Livre V par Paul Agnew :

Voir l'intégrale des madrigaux : 
Livre V

Cruda Amarilli che col nome ancora
O Mirtillo, Mirtillo anima mia
Era l’anima mia
Ecco, Silvio - Prima Parte
Ma, se con la pietà - Seconda Parte
Dorinda, ah, dirò mia - Terza Parte
Ecco, piegando le genocchie - Quarta Parte
Ferir quel petto, Silvio ? - Quinta & ultima Parte
Ch’io t’ami - prima Parte
Deh, bella e cara - Seconda Parte
Ma tu, più che mai dura - Terza & ultima Parte
Che dar più vi poss’io ?
M’è piu dolce il penar per Amarilli
Ahi come a un vago sol cortese giro
Troppo ben può questo tiranno Amore
Amor, se giusto sei
T’amo, mia vita
E così a poco a poco - a sei voci
Sinfonia. Questi vaghi concenti - a nove voci

Distribution

  • Date 06 juin 2013
  • Durée 1h 10min
  • Production CLC Productions
  • Réalisation Isabelle Soulard
  • Compositeur Claudio Monteverdi
  • Chef d'orchestre Paul Agnew
  • Orchestre Les Arts Florissants
  • Chanteurs Miriam Allan, soprano / Hannah Morrison, soprano / Maud Gnidzaz, soprano / Stéphanie Leclercq, contralto / Lucile Richardot, contralto / Paul Agnew, ténor / Sean Clayton, ténor / Lisandro Abadie, basse / Marduk Serrano Lopez, basse
  • Musiciens Violons - Myriam Gevers, Sophie Gevers-Demoures / Altos - Galina Zinchenko, Simon Heyerick / Viole de gambe - Anne-Marie Lasla / Archiluth - Thomas Dunford (basse continue) / Luth - Massimo Moscardo (basse continue) / Clavecin - Florian Carré (basse continue)