Les femmes chefs d'orchestre mènent le festival de La Chaise-Dieu à la baguette

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 28/08/2015 à 11H29
A La Chaise-Dieu, Laurence Equilbey chef d'orchestre de l'ensemble Accentus a dirigé les "Vêpres solennelles d'un confesseur" de Mozart

A La Chaise-Dieu, Laurence Equilbey chef d'orchestre de l'ensemble Accentus a dirigé les "Vêpres solennelles d'un confesseur" de Mozart

© PHOTOPQR/LE PROGRES

Accentus, Sequenza 9.3 ou encore Akadêmia ces trois ensembles de musique sacrée sont dirigés par des femmes chefs d'orchestre invitées au festival de la Chaise-Dieu. Une reconnaissance encore trop peu évidente pour les programmateurs de festivals qui a tendance à stagner ces dernières années.

Il va falloir s'y faire, le métier de chef d'orchestre c'est aussi un métier féminin. Depuis quelques années, plusieurs femmes ont pris la tête d'ensembles de musique classique et non des moins prestigieux. Accentus avec Laurence Equilbey, Sequenza 9.3 de Catherine Simonpietri ou encore Françoise Lasserre pour l'Ensemble Akadêmia. Une équipe de France 3 Auvergne les a rencontrées à l'occasion du festival de musique sacrée à la Chaise-Dieu.

Reportage : Gérard Rivollier, Claude Fallas et Richard Beaune

Un cercle très fermé

Femme et chef en 2015 ? L’incompatibilité aurait aussi touché le milieu de la musique classique. Le constat est amer, les femmes directrices d'orchestre sont encore trop peu représentées à des postes à responsabilité dans la musique classique. Les directeurs de salles ou de festival ont du mal à passer le pas comme le déplore Laurence Equilbey du choeur Accentus "la juste proportion devrait être de 15% de femmes invitées et on est à 4% depuis plusieurs années" Toutes font le même constat : pour parvenir à s'imposer, elles ont dû faire plus et mieux que leurs homologues masculins. Un combat qui rapporte aujourd'hui ses fruits, pas une d'entre elles n'a aujourd'hui le sentiment d'être regardée ou jugée avec moins de respect ou d'admiration par ses pairs ou son public.

La Musique c'est pas des muscles

Rigueur, charisme, persévérance et s'allient à une sensibilité toute féminine. Pour la Chaise-Dieu, Catherine Simonpietri a offert avec Sequenza 93 au public une interprétation tout en délicatesse "Didon et Enée" de Henry Purcell "La Direction c'est une énergie et une croyance en la musique, ce n'est pas des muscles c'est de la sensibilité et de la persuasion des gens avec lesquels on travaille"
Catherine Simonpietri dirige l'ensemble Sequenza 9.3

Catherine Simonpietri dirige l'ensemble Sequenza 9.3

© France 3 / Culturebox

Un moyen de se surpasser

N'en déplaise à certains esprits machistes qui considèrent qu'une jolie femme chef d'orchestre "déconcentrerait les musiciens", la direction d'un ensemble musical va bien au delà du genre. Ainsi pour Françoise Lasserre de l'ensemble Akadêmia, le rôle du chef est le même "au moment du concert je fais en sorte que chacun soit meilleur, on donne à chacun de nos musiciens l'envie de se surpasser".
Françoise Lasserre

Françoise Lasserre

© PHOTOPQR/LE PROGRES

On compte aujourd'hui dans le monde de la musique classique une petite cinquantaine de femmes qui mènent à la baguette des ensembles prestigieux. Toutes font le même constat : pour parvenir à s'imposer, elles ont dû faire plus et mieux que leurs homologues masculins. Un combat qui rapporte ses fruits, pas une d'entre elles n'a aujourd'hui le sentiment d'être regardée ou jugée avec moins de respect ou d'admiration par ses pairs ou son public.

Le festival de la Chaise-Dieu du 21 au 30 août 2015
-> A suivre sur France 3 Auvergne les dernières actualités du festival