La mort de Henri Dutilleux

Par @annieyanbekian Journaliste, responsable de la rubrique Jazz-Musiques du Monde de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 22/05/2013 à 14H39
Le compositeur de musique contemporaine Henri Dutilleux 

Le compositeur de musique contemporaine Henri Dutilleux 

© JOEL SAGET / AFP

Le grand compositeur français Henri Dutilleux s'est éteint mercredi à Paris à l'âge de 97 ans, a annoncé sa famille. Homme affable et modeste, il était l'un des compositeurs contemporains les plus joués et admirés au monde, aussi renommé qu'Olivier Messiaen.

Reportage : Chrystelle Massin
Né le 22 janvier 1916 à Angers dans une famille originaire du Nord, Henri Dutilleux était l'héritier musical de Claude Debussy mais avait aussi été influencé par les musiques de Bartok et Stravinsky. Qualifié de "moderne classique", il a signé des oeuvres à la fois audacieuses et accessibles, d'une grande puissance poétique, dont la dernière, "Correspondances" - créée en 2003 sous la direction d'Esa-Pekka Salonen -, était parue en janvier dernier pour son 97e anniversaire.

A cette occasion, Henri Dutilleux, affaibli mais radieux, avait déclaré : "C'est une joie infinie que vous m'offrez." L'illustre chef d'orchestre et compositeur finlandais avait salué alors en son aîné "le plus grand compositeur vivant".

Un esprit au-dessus des dogmes et des modes
Allergique à tout dogmatisme, d'un esprit farouchement indépendant, transcendant toutes les modes, Henri Dutilleux déclarait, cité par l'AFP : "Je suis contre les mots d'ordre. Le sectarisme engendre l'appauvrissement."

Prix de Rome en 1938, Henri Dutilleux n'allait passer que quelques mois à la Villa Medicis avait d'être mobilisé comme brancardier. Sa carrière n'a vraiment commencé qu'après la guerre, avec la composition de musiques de chambre, de film et de scène. Il a remporté son premier grand succès en 1948 avec une sonate pour piano créée pour Geneviève Joy, épousée en 1946. La pianiste et pédagogue, qui fut longtemps son interprète, est décédée le 27 novembre 2009.

Des oeuvres rares et essentielles livrées à leurs commanditaires
Parmi les oeuvres emblématiques de Henri Dutilleux, on peut citer "The Shadows of Time" (1997), qui lui a valu en 1999 le Prix de Cannes et le Grand Prix de la presse musicale internationale, ou encore "Sur le même accord" (2002), une pièce pour violon et orchestre composée pour la musicienne allemande Anne-Sophie Mutter qui l'a créée le 28 avril 2002 à Londres.

L'une de ses oeuvres les plus jouées est le Concerto pour violoncelle "Tout un monde lointain" (1970), inspiré de poèmes de Baudelaire et créé par Mstislav Rostropovitch à Aix-en-Provence. Le compositeur était réputé pour écrire lentement, ayant parfois du mal à respecter les délais de livraison de ses commandes. Depuis 1937, son oeuvre ne s'était enrichie que d'une quarantaine d'opus.
Concerto "Tout un monde lointain" de Henri Dutilleux , 5e mouvement (Hymne), avec Xavier Phillips au violoncelle
Autre partition célèbre, "Le Temps l'horloge", une oeuvre pour soprano et orchestre (2006-2007), basée sur des poèmes de Jean Tardieu, Robert Desnos et Charles Baudelaire, composée pour la soprano américaine Renée Fleming que Henri Dutilleux admirait.
Renée Fleming en soliste, Seiki Ozawa à la tête du Saito Kinen Orchestra, interpètent "Le Temps l'Horloge" de Henri Dutilleux à Matsumoto (Japon)
Henri Dutilleux a dirigé le service des "illustrations musicales" au sein de la défunte ORTF (1944-1963). Pédagogue, il a enseigné par ailleurs la composition à l'École normale de musique (à partir de 1961), puis au Conservatoire de Paris (1970-1984).

Réactions
- "C'est un des très rares compositeurs contemporains qui est rentré dans le répertoire de son vivant. Il avait cela en commun avec Olivier Messiaen", a indiqué à l'AFP le chef et compositeur Laurent Petitgirard, président de la Sacem et directeur de l'orchestre Colonne. "Son oeuvre restera intensément présente après son décès."

- Le violoniste Renaud Capuçon a exprimé sur Twitter sa "tristesse" : "Tristesse du décès d'Henri Dutilleux.Il rejoint Ravel, Debussy et Messiaen. Son génie et son humilité étaient d'Or. Il nous manque déjà."
Renaud Capuçon et l'Orchestre National du Capitole de Toulouse (direction Tugan Sokhiev) interprètent "L'Arbre des songes" (1985) de Henri Dutilleux, à la Halle aux Grains (24 février 2012). Ce Concerto pour violon avait été composé pour Isaac Stern.