L'accordéoniste Dimitri Khodanovich ouvre en force le Festival russe de Cannes

Par @Culturebox
Mis à jour le 25/08/2017 à 17H34, publié le 25/08/2017 à 15H47
Dimitri Khodanovich au festival de l'art russe, août 2017

Dimitri Khodanovich au festival de l'art russe, août 2017

© France 3 / Culturebox / Capture d'écran

Rendez-vous majeur de l'amitié franco-russe, le festival de l'art russe crée chaque été depuis 2006 une ambiance unique au cœur de Cannes avec concerts, danse, peinture, et cirque jusqu'au 27 août. Invité spécial de cette 20e édition, l'accordéoniste Dimitri Khodanovich, par ailleurs sportif de haut niveau, a joué l'ouverture du "Barbier de Séville" avec son accordéon slave le "bayan".

"Je dois prouver à tout le monde, et c'est mon idée depuis tout petit, qu'on peut être musicien et en même temps un bon sportif" confie Dimitri Khodanovich. Accordéoniste renommé, il est aussi le vice-président de la fédération des arts martiaux en Russie. Il manie aussi bien le bayan que le Ju-Jitsu, cet art pratiqué par les samouraïs lors des combats à mains nues. Alors jouer une partition écrite pour un orchestre, cela ne lui fait pas peur. Il a assuré à lui seul l'ouverture du Barbier de Séville. 

Lorsqu'il joue, on dirait un orchestre à lui tout seul et en plus il sait transmettre sa passion. C'est un véritable moteur pour les jeunes.

Tatiana Shumova, directrice artistique du festival


Reportage France 3 Côte d'Azur : M. Roubaud / J. Bierlein / C. Delannoy

Le "bayan", un accordéon un peu spécial

Le "bayan" tire son nom d'un légendaire poète et musicien slave du XIe siècle. Son timbre est différent des accordéons occidentaux : ses basses sont plus amples et sa sonorité plus puissante. L'instrument idéal pour le sportif de haut niveau. "Mon instrument a presque le même âge que moi. Le bois sonne, résonne de mieux en mieux d'année en année". Ce sera bientôt au tour des jeunes générations de prendre le relais. Pour ces enfants qui seront demain les nouveaux représentants du bayan, Dimitri Khodanovich constitue un exemple. Rem Gataullin, petit prodige de l'Académie Gnessine de Moscou est l'un de ses élèves. Fièrement, il affirme, dans la continuité sportive de son professeur, "je joue du football, aux échecs et je nage aussi". Toute une hygiène de vie...

La 20ème édition de l'art russe de Cannes se déroule jusqu'au 27 août. 

Affiche officielle

Affiche officielle