"Gianni Schicchi" de Puccini, un opéra en tournée à Besançon

Par @Culturebox Rédacteur en chef adjoint de Culturebox
Mis à jour le 06/04/2017 à 17H34, publié le 06/04/2017 à 17H14
Gianni Schicchi en répétition

Gianni Schicchi en répétition

© France 3 / Culturebox

"Gianni Schicchi" de Puccini est à l'affiche les 5 et 6 avril du théâtre de Besançon. L'opéra mis en scène par Benoît Lambert, sous la direction musicale d'Emmanuel Olivier est le fruit de la collaboration entre "Les 2 Scènes" de Besançon, le Théâtre impérial de Compiègne et les scènes nationales de Quimper et de Dunkerque. Une façon de réduire les coûts et d'attirer de nouveaux publics à l'opéra.

Un opéra c'est, pour des chanteurs, un mois de travail pour jouer deux représentations. Il ne s'agit pas de dire c'est bien ou pas bien ; moi j'ai pas les moyens de faire ça, ni le plateau, ni la jauge

Anne Tanguy
Directrice des Deux scènes à Besançon

On l'a compris au travers des mots d'Anne tanguy, monter un opéra est aventure très onéreuse. C'est pour cela que cette initiative de partenariat entre scènes nationales née à Besançon l'an dernier tend à se multiplier. Pour ce Gianni Schicchi de Puccini, il n'y a pas d'orchestre mais un piano pour tout accompagnement musical. Il faut dire que l'oeuvre ne contient pas de choeurs. L'intrigue se déroule dans un décor proche du théâtre. 

Autre particularité, les chanteurs lyriques sont donc en tournée depuis un mois. Ce n'est pas habituel dans le monde de l'opéra : "Cela suscite une ambiance bien à part confirme la mezzo-soprano Salomé Haller dans un langage très imagé. Le fait de se retrouver dans des trains à 6 heures du mat' en n'ayant pas dormi ou le fait d'errer dans les villes au sortir d'un spectacle à la recherche d'un rade où on pourra s'échouer, c'est sûr ça crée de chouettes ambiances".

Reportage France 3 Franche-Comté : A. Gavazzi / S. Aissaoui / J. Maurice / I. Bahloul

 

Gianni Schicchi, une satire sociale grinçante

Le livret de "Gianni Schicchi", bien qu'inspiré d'une histoire racontée dans la dramatique "Divine Comédie" de Dante, s'avère être un opéra comique représenté pour la première fois en 1918 au Metropolitan Opera de New York. 

Dans le livret signé Giovacchino Forzano, le riche Donati vient de mourir. Sa famille apprend qu’il a tout légué à un monastère ! L’ingénieux Gianni Schicchi, sous les traits d’un Donati agonisant, dicte un nouveau testament. Mais tout ne se déroule pas comme prévu... Ne nombreux critiques ont vu dans cette oeuvre de Puccini un nouveau "Falstaff".