Festival "Violon sur le sable" : du pianiste Duchâble au maître chinois Guo Gan

Par @Culturebox
Publié le 26/07/2017 à 18H35
Soirée du 25 juillet à "Violon sur le sable"

Soirée du 25 juillet à "Violon sur le sable"

© Didier Eusebe

Ecouter Ravel les pieds dans le sable, voir surgir l’indomptable pianiste François-René Duchâble, entendre la voix d’ange du contre-ténor Philippe Jaroussky et les mélodies traditionnelles du maître chinois Guo Gan. Hier soir, 40.000 spectateurs privilégiés étaient sur la plage de Royan. Le deuxième concert de ce grand rendez-vous estival a été marqué par son éclectisme.

Depuis 30 ans, le festival "Violon sur le sable" organise de grands concerts de musique lyrique dans un cadre aussi surprenant que plaisant : la plage. Hier soir étaient réunis des artistes influents, parmi lesquels François-René Duchâble, le pianiste à l’âme vagabonde. Après s’être retiré des grands circuits mondiaux, il a annoncé qu’il cesserait toute activité en public dès l’année prochaine afin "d’être plus en accord avec lui-même".

Reportage France 3 Poitou-Charentes : F. Gibert / T. Chapuzot / C. Rio / J. Morin / C. Pougeas

François-René Duchâble, "Je suis sorti pour sauver ma peau"

Hier soir, le public de la plage de Royan ne le savait peut-être pas, mais il a assisté à l’un des derniers concerts du pianiste virtuose. Hautement récompensé, François-René Duchâble a conquis ces 30 dernières années les plus grandes scènes du monde. Après avoir choisi de poursuivre sa passion hors des sentiers battus et des parcours mondiaux traditionnels, il a annoncé qu'il arrêtait tout concert public dès l’année prochaine.
François-René Duchâble à "Violon sur le sable" - 25 juillet 2017

François-René Duchâble à "Violon sur le sable" - 25 juillet 2017

© Art Prod

Je suis sorti pour sauver ma peau, pour entretenir un autre rapport avec la musique. J’envisage l’année prochaine un arrêt total de mon activité en public. Il y a d’autres urgences et priorités dans ma vie.

François-René Duchâble

Guo Gan, le maitre chinois de l’Erhu

Guo Gan est venu tout droit de sa Chine natale accompagné comme toujours de son "erhu". Souvent surnommé la "vielle chinoise", cet instrument traditionnel chinois à corde a été inventé il y a plus de mille ans. Accompagné d’un orchestre symphonique, celui qui a été décoré en 2016 chevalier des Arts et des Lettres, a transporté le public de Royan.
Guo Gan avec son erhu à "Violon sur le sable" 

Guo Gan avec son erhu à "Violon sur le sable" 

© Didier Eusebe

Philippe Jaroussky, le contre-ténor à la voix si singulière

De grands noms étaient décidément présents hier soir. Le chanteur lyrique Philippe Jarousky a pris beaucoup de plaisir a chanter devant un public généreux. Le contre-ténor, à peine 30 ans, a déjà acquis une renommée internationale, il a notamment remporté trois Victoires de la Musique et le prestigieux Echo Klassik Awards en Allemagne.
Philippe Jaroussky à "Violon sur le sable"

Philippe Jaroussky à "Violon sur le sable"

© Didier Eusebe

Les gens sont vraiment très heureux d’être là, ils reçoivent ce concert comme un cadeau, une fête en plein milieu des vacances. C’est un moment de poésie et Dieu sait si on en a besoin aujourd’hui. J’essaie de regarder au maximum les gens sur cette plage et de chanter avec bonheur et sincérité.

Philippe Jaroussky

D.I.V.A

Enfin, les divas extravagantes du groupe "D.I.V.A" ont distillé leur fantaisie sur la scène de Royan. Les cinq chanteuses lyriques apportent leur petit grain de folie au monde du classique.
D.I.V.A à "Violon sur le sable"

D.I.V.A à "Violon sur le sable"

© Didier Eusebe
Elles ont repris notamment un air du célèbre opéra de Bizet "Carmen".
Et c’est sur un feu d’artifice de toute beauté que s’est achevée cette seconde soirée.
Feu d'artifice final du concert du 25 juillet

Feu d'artifice final du concert du 25 juillet

© Art Prod
Toute la programmation du festival est à retrouver sur le site officiel. 
Affiche officielle

Affiche officielle