Alexandre Desplat, compositeur de musiques de films, célébré à Pleyel

Par @annieyanbekian Journaliste, responsable de la rubrique Jazz-Musiques du Monde de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 29/05/2013 à 14H58
Alexandre Desplat à Cannes le 26 mai 2013

Alexandre Desplat à Cannes le 26 mai 2013

© PhotoPQR - Le Parisien - Frédéric Dugit

Samedi 1er juin, l'Orchestre philharmonique de Radio France consacre un concert à Alexandre Desplat, sous la direction de Jean Deroyer. Au menu, les musiques de "The Ghost" Writer", "The Queen", "La Jeune fille à la perle", "Benjamin Button" ou "Harry Potter".

C'est la première fois que le compositeur de bandes originales de films se voit ainsi honoré par un concert symphonique en France. Ultra-sollicité à Hollywood, nommé cinq fois aux Oscars (mais il attend encore de remporter sa première statuette), à 51 ans, Alexandre Desplat a déjà signé, depuis 1985, quelque 108 bandes originales, pour des films aussi variés que "Un héros très discret" (Jacques Audiard, 1996) ou "Moonrise Kingdom" (Wes Anderson, 2012). Il a remporté trois César (pour "De battre mon coeur s'est arrêté" en 2006, "The Ghost Writer" en 2011, "De Rouille et d'os" en 2013). Outre Atlantique, faute d'Oscar, il a obtenu un Grammy Award pour "Le Discours d'un Roi" (Tom Hooper, 2010).
Extrait de la bande originale du film "Le Discours d'un Roi", d'Alexandre Desplat (2010)
Ces derniers jours, Alexandre Desplat a participé au Festival de Cannes en tant que compositeur de "La Venus à la fourrure", le dernier film de Roman Polanski, avec lequel il signe sa troisième collaboration (après "Carnage" en 2011 et "The Ghost Writer" en 2010). Il a aussi signé la musique de "Zulu" de Jérôme Salle, également présenté à Cannes. C'est un habitué du festival, puisqu'il y était déjà présent l'an dernier pour "De rouille et d'os". Il était par ailleurs membre du jury de l'édition 2010.

Dans "Le Figaro" de mercredi, Alexandre Desplat s'exprime sur l'hommage symphonique qui lui est consacré à Pleyel. Alors qu'on lui demande si la soirée de samedi représente à ses yeux un "aboutissement" ou une "consécration", il répond : "Continuité. Je suis avant tout flûtiste. Mon éducation, c'est la musique classique. Je n'ai jamais lâché l'instrument. Chaque fois que je peux, je dirige les orchestres qui jouent ma musique. Ce ne sera pas le cas à Pleyel pour des questions d'agenda, mais je tiens absolument à garder le contact avec les grands orchestres classiques. Pour moi il n'y a pas de différence entre Mozart, Bernard Herrmann, Pascal Dusapin, Maurice Jarre ou Pierre Boulez. Toutes ces musiques sont des déclencheurs d'émotions."
Extrait de la bande originale de "De Rouille et d'os", composée par Alexandre Desplat (2012)
Création prochaine à Nantes et Angers d'une de ses oeuvres
Une composition extra-cinématographique d'Alexandre Desplat, Symphonie concertante pour flûte et orchestre, sera jouée en création mondiale les 9 et 13 juin au Centre des congrès d'Angers, et les 11 et 12 juin à la Cité des Congrès de Nantes, par l'Orchestre national des Pays de la Loire, sous la direction de John Axelrod. Le soliste sera Jean Ferrandis, un ami du compositeur, à qui il avait "fait la promesse qu'il serait l'interprète d'une pièce qu'(il) composerait pour flûte et orchestre", explique-t-il sur le site de l'ONPL.