A Salon-de-Provence, Musique à l’Empéri fait découvrir l’art de la transcription

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 05/08/2015 à 08H48
La musique contemporaine fait aussi l'objet de transcriptions

La musique contemporaine fait aussi l'objet de transcriptions

© France 3

Quand la radio ou les disques n’existaient pas, l’un des moyens dont disposaient les compositeurs pour faire connaitre leurs œuvres était la transcription. Ils réécrivaient ainsi une oeuvre symphonique pour orchestre complet pour une formation de musique de chambre plus facile à déplacer. C’est ce que se propose de faire découvrir depuis 23 ans ce festival.

Reportage : Louis Aubert, Sylvie Garat et Sophie Baix
Aux côtés des grandes oeuvres du répertoire, il existe un catalogue extrêmement vaste de pièces transcrites pour des formations de musique de chambre allant jusqu’à six personnes.

C’est la 23ème année que ce festival de musique de chambre au château de l’Empéri à Salon-de-Provence fait découvrir ces pièces à son public. Mais cet art de la transcription ne s’adresse pas seulement à des œuvres du passé, il existe aussi des œuvres contemporaines réécrites pour formations plus réduites comme ce "Mecanic Song" de Thierre Escaich dont l’équipe de France 3 a suivi la répétition.
Musique contemporaine au château de l'Empéri à Salon-de-Provence

Musique contemporaine au château de l'Empéri à Salon-de-Provence

© France 3
Le festival  Musique à l’Empéri se poursuit jusqu’au 8 août