"2666", la pièce de 12 heures de Julien Gosselin, auréolée du Grand Prix de la critique

Par @Culturebox
Mis à jour le 20/06/2017 à 15H02, publié le 19/06/2017 à 12H06
"2666" de Julien Gosselin à Avignon le 6 juillet 2016.

"2666" de Julien Gosselin à Avignon le 6 juillet 2016.

© BORIS HORVAT / AFP

"2666", l'adaptation en douze heures du livre de Roberto Bolaño, créée au dernier Festival d'Avignon par Julien Gosselin, a remporté le Grand Prix de l'association professionnelle de la critique ce lundi 19 juin au Théâtre de Chaillot. Le Grand Prix va en musique à "Pelléas et Mélisande" de Debussy mis en Eric Ruf et dirigé par Louis Langrée et en danse à "OCD Love", de Sharon Eyal et Gay Behar.

L'association de la Critique de théâtre, de musique et de danse regroupe 140 journalistes de la presse écrite et audiovisuelle, française et étrangère. Elle récompense Julien Gosselin pour "2666", l'adaptation fleuve en douze heures du livre labyrinthe du Chilien Roberto Bolaño. A 30 ans, il avait déjà enthousiasmé le public du Festival d'Avignon en 2013 pour son adaptation des "Particules élémentaires" de Michel Houellebecq.

Adaptation du livre-monde de Bolano

"2666", publié en 2003 après la mort de Bolaño à Barcelone, est un "livre-monde", qui embrasse en près de 1.400 pages et cinq romans distincts des centaines de destins individuels et balaye l'histoire du XXe siècle à travers la vie d'un écrivain mystérieux, Archimboldi. Repris au Théâtre de l'Odéon, le spectacle mêle musique live et images vidéo filmées en direct, tout comme l'autre spectacle phare de l'année, "Les Damnés", couronné par les Molières.

"Les Damnés" n'était pas éligible aux prix de la critique car son metteur en scène, le flamand Ivo van Hove, avait déjà été récompensé doublement en 2016 par l'Association professionnelle de la critique pour deux pièces, "Vu du Pont" et "Kings of War".

"Les Bas Fonds" de Gorki par Eric Lacascade également récompensé

Toutefois, la comédienne Elsa Lepoivre, qui joue un des rôles principaux dans "Les Damnés", emporte le prix de la meilleure comédienne. Elle joue dans trois autres spectacles de la Comédie-Française: "Lucrèce Borgia", "La Règle du jeu" et "Le Cerf et le Chien".
Le prix du meilleur spectacle créé en province revient à "Les Bas Fonds" de Gorki mis en scène par Eric Lacascade (Théâtre national de Bretagne), et celui du meilleur spectacle étranger à "Place des Héros" de Thomas Bernhard, dans la mise en scène magistrale de Krystian Lupa (Avignon/Théâtre de la Colline).

Le prix Laurent Terzieff du meilleur spectacle privé couronne "Histoire du soldat" mis en scène par Stéphan Druet (Théâtre de Poche Montparnasse). Gérard Watkins reçoit le prix du meilleur comédien pour "Songes et Métamorphoses" de Guillaume Vincent (Odéon). 

Les récompenses en musique et en danse

En musique, le Grand Prix va à "Pelléas et Mélisande" de Debussy mis en scène par Eric Ruf et dirigé par Louis Langrée.

En danse, "OCD Love", chorégraphie de Sharon Eyal et Gay Behar, (Chaillot-Montpellier Danse) emporte le Grand Prix. Kader Belarbi (directeur du ballet du Capitole de Toulouse) et la chorégraphe canadienne Crystal Pite se partagent le prix de la personnalité chorégraphique de l'année.