Nanni Moretti président !

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 15/05/2012 à 13H56
Nanni Moretti à Rome (avril 2011)

Nanni Moretti à Rome (avril 2011)

© Andreas Solaro / AFP

Nanni Moretti, président du jury du 65e Festival de Cannes, est un habitué de la Croisette, recevant la Palme d'or à Cannes en 2001 pour "La Chambre du fils".

L'Italien Nanni Moretti, 58 ans, succède à l'Américain d'origine italienne Robert de Niro. Il a déjà présenté six fils à Cannes et siégé comme juré en 1997.

"La Chambre du fils" de Nanni Moretti, Palme d'or à Cannes en 2001 :

"C'est une joie, un honneur et une grande responsabilité de présider le jury du festival cinématographique le plus prestigieux du monde, qui se déroule dans un pays qui a toujours considéré le cinéma avec attention et respect",  a-t-il déclaré.

"Comme réalisateur, j'ai toujours vécu avec émotion la participation de mes  films au Festival de Cannes. Je me souviens aussi avec bonheur de mon expérience en tant que membre du jury durant l'édition du cinquantenaire". Enfin, "comme spectateur, je conserve heureusement la même curiosité que  dans ma jeunesse et c'est donc pour moi un grand privilège d'entreprendre ce voyage dans le cinéma mondial contemporain", a-t-il conclu.

Un auteur majeur, selon Thierry Frémeaux
Nanni Moretti, né en 1953 dans le Trentin-Haut-Adige (nord de l'Italie), a signé onze films depuis son premier long-métrage, "Je suis un autarcique", en 1976. Parmi ses films les plus connus, on peut citer "La Messe est finie", "Palombella Rossa", "Journal intime", "Le Caïman" (une satire de Silvio Berlusconi). Il y mêle généralement réflexion politique et ironie.

"Le Caïman" de Nanni Moretti", en compétition à Cannes 2006 :

Son dernier film, "Habemus papam", était à Cannes l'an dernier. Outre sa Palme d'or de 2001, il a obtenu le Prix de la mise en scène pour "Journal intime" en 1994.

Amateur de water-polo et de Nutella, Nanni Moretti est également producteur. Sa société, baptisée Sacher Film d'après la sacher torte, son gâteau préféré, a permis à toute une génération de jeunes réalisateurs italiens d'être produits. Il est aussi acteur, dans ses propres films et ceux d'autres réalisateurs ("La Seconde fois" de Mimmo Calopresti, "Domani, domani" de Daniele Luchetti...).

Pour Thierry Frémaux, le délégué général du Festival de Cannes, "Nanni  Moretti est un auteur majeur, très haut dans mon panthéon personnel". Ce choix se justifie par ailleurs d'autant plus que "Cannes a eu trois  présidents américains en quatre ans et qu'il est bon de revenir à un Européen",  a-t-il dit.

Nanni Moretti succède à Robert De Niro en 2011, Tim Burton en 2010,  Isabelle Huppert en 2009 et Sean Penn en 2008.

"Habemus Papam", de Nanni Moretti, en compétition à Cannes 2011 :

"The Artist, film facile"
Lors d'un entretien consacré à sa sélection comme président du jury cannois, Nanni Moretti est revenu sur le film de Michel Hazanavicius avec Jean Dujardin et Bérénice Bejo, prix d'interprétation masculine l'an dernier. "Personnellement, je ne partage pas l'enthousiasme général à propos de ce film, 'The Artist'. Je trouve que c'est un film facile", a déclaré le réalisateur, qui s'interrogeait sur les différences entre les films sélectionnés à Cannes et ceux qui remportent des Oscars, en relevant que le film de Michel Hazanavicius entrait dans ces deux catégories. On ne pouvait pourtant pas présager qu'un film muet en noir et blanc, même s'il parle du cinéma américain, emballe autant les States, et la planète : 52 récompenses à travers le monde. Toutefois, l'un n'empêche pas l'autre.

Sur la Croisette, le choix des gagnants "dépend des membres du jury, qui changent chaque année. Ce n'est pas le cas avec les Oscars, parce que les membres de l'Académie sont les mêmes tous les ans", a poursuivi Moretti.

"Dans n'importe quel festival sérieux, ce qui compte, ce sont les films et les goûts du jury. En revanche, aux Oscars, j'ai l'impression que le marketing et les stratégies des distributeurs sont essentielles", a ajouté le réalisateur.

Moretti jauge son rôle à Cannes
Revenant sur son rôle à Cannes, Nanni Moretti  a souligné qu'il ne chercherait pas "à tout prix" un vote unanime au sein du jury qu'il présidera. "Si nous cherchons à obtenir un vote unanime, nous risquons de privilégier un film qui ne déplaît à personne, mais dont personne n'est follement amoureux non plus", a-t-il ajouté.

"Je vais rechercher le genre de films capables de me surprendre encore, pas le type de films que j'ai déjà vus 5.000 fois", a poursuivi l'Italien.