Michel Piccoli en pleine crise de foi dans "Habemus Papam" de Moretti

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 13H39, publié le 14/05/2011 à 12H18
Michel Piccoli en pleine crise de foi dans "Habemus Papam" de Moretti

Michel Piccoli en pleine crise de foi dans "Habemus Papam" de Moretti

© Culturebox

Dix ans après avoir décroché une palme d'or pour "La chambre du fils" au Festival de Cannes , Nanni Moretti a mis une option sur une récompense (scénario ?) avec "Habemus Papam". Une comédie sur les doutes d'un pape à peine élu, savoureux Michel Piccoli dont l'interprétation pourrait bien être récompensée elle aussi.  

"Habemus Papam", "Nous avons un pape". Telle est la locution latine prononcée par un cardinal depuis le balcon de la basilique Saint-Pierre de Rome pour annoncer l'identité d'un nouveau pape. Tel est le titre choisi par Nanni Moretti pour sa nouvelle comédie qui décrit la crise existentielle d'un pape fraîchement élu pris de panique au moment de se présenter aux fidèles. Michel Piccoli interprète cet homme en pleine crise de foi, qui souffre de ne pas avoir réalisé son rêve: devenir acteur.

Présenté vendredi 13 mai en compétition officielle au Festival de Cannes, le film du réalisateur italien a été plutôt bien accueilli. Contrairement à ce que certains attendaient de cet athée notoire, "Habemus Papam" n'est pas un pamphlet contre l'Eglise, même si sa sortie en Italie a fait polémique. Nanni Moretti n'a pas souhaité s'inspirer des récents scandales de pédophilie par exemple. Il a préféré s'intéresser à la psychologie de son personnage. C'est d'ailleurs vers ce dernier que se tournent tous les regards. A 85 ans, Michel Piccoli a littéralement emballé la Croisette au point d'être déjà cité comme candidat possible au prix d'interprétation masculine...

Le public français devra attendre le 7 septembre pour découvrir la comédie sur grand écran.


- A voir aussi sur Culturebox :

- Michael-Lonsdale-un-homme-des-dieux-et-le-public-à-la-cathédrale-de-Strasbourg
- Qui-a-envie-d'être-aimé--un-film-sur-la-foi-d'Anne-Giafferi