Robert Charlebois : "L'ange de la musique m'accompagne tous les soirs"

Par @Culturebox
Mis à jour le 21/11/2016 à 18H06, publié le 21/11/2016 à 17H34
Robert Charlebois au 13h de France 2

Robert Charlebois au 13h de France 2

© France 2 / Culturebox

L'auteur compositeur et interprète québécois Robert Charlebois est en tournée en France avec son spectacle intitulé "50 ans 50 chansons". pendant près de deux heures il y reprend les grands succès de sa carrière qui n'en manque pas. Au lendemain de son concert lyonnais et avant de chanter à Lille, il était l'invité du 13h de France 2.

Robert Charlebois a 72 ans. A le voir et à l'entendre sur scène, comme hier soir à Caluire-et-Cuire près de Lyon, cette affirmation tient de l'absurde. Toujours rock, plein d'une énergie intacte, d'un humour généreux et chantant avec une voix absolument identique à celle de ses débuts, le temps ne paraît pas avoir de prise sur l'artiste. 

Sa génération, celle qui suivait au Québec la grande épopée des Félix Leclerc, Gilles Vigneault, Claude Léveillée ou Pauline Julien a eu la rude charge de faire passer le cap des illusions perdues. Desillusions illustrées chez Charlebois par des chansons comme "L'indépendantriste", "Mon pays, c'est une job" ou encore "Entre deux joints".  Son répertoire est partagé entre cette traduction musicale de l'humeur québécoise, d'autres morceaux débordant d'amour pour sa province comme "Québec Love", des "tounes" très personnelles comme "Ordinaire" et d'autres chefs d'oeuvre devenus des standards comme "Lindberg", "Cartier" ou "Je reviendrai à Montréal".

Toutes ne sont pas au programme de cette tournée, mais celles qui y apparaissent illustrent idéalement les divers moments de la carrière de l'artiste né à Montréal en 1944 et qui a publié son premier "long jeu" (disque 33 tours au Québec) en 1965, à 21 ans.

Robert Charlebois au 13h de France 2

Pas seulement les tubes

Robert Charlebois ne se contente pourtant pas d'interpréter "j't'aime comme un fou" et tous les airs que le public a déjà dans la tête. Il nous offre "Le piano noir" au féminin, sa chanson telle que Barbara l'avait reprise, il interprète une chanson sur un magnifique texte d'amour écrit par Saint Augustin et dont, assure l'artiste, il n'a pas changé une virgule. Et puis il ouvre le concert avec "La complainte du phoque en Alaska", le plus grand tube de ses confrères montréalais de "Beau Dommage". Avec beaucoup d'humour, il explique que depuis 30 ans, à la fin de chacun de ses concerts, des spectateurs lui demandent pourquoi il n'a pas interprété sa "plus belle chanson"... "le phoque..." alors, raconte-t-il, "j'ai dit "ouate de phoque"... et je la chante !".

"Lindberg" sur scène

Moins célèbres

Pour sa tournée, Robert Charlebois a choisi aussi d'interpréter des morceaux moins célèbres mais qui ravissent ceux de ses spectateurs qui connaissent bien son répertoire. C'est le cas de la très rock "Te v'là" qui figure aux côtés de "Les ailes d'un ange" sur l'album Québec Love qui date de 1969. 

Si vous le pouvez, choisissez de voir son spectacle dans une salle permettant de danser devant la scène, quand ce n'est pas possible, le public attrape des fourmis dans les jambes et il lui est très difficile de rester assis.

L'affiche de la tournée de Robert Charlebois

L'affiche de la tournée de Robert Charlebois

© DR
Si le spectacle s'intitule 50 ans 50 chansons, il en comporte bien évidemment beaucoup moins. Mais il s'accompagne d'un double CD où figurent effectivement autant de titres à écouter ou réécouter et qui couvrent toute sa carrière.