La candidate russe à l'Eurovision privée de concours par l'Ukraine

Par @Culturebox
Mis à jour le 23/03/2017 à 10H52, publié le 22/03/2017 à 16H33
Ioulia Samoïlova, la candidate russe à l'Eurovision 2017.

Ioulia Samoïlova, la candidate russe à l'Eurovision 2017.

© Alexey Filippov / Sputnik / AFP

L'Ukraine a interdit pour trois ans l'entrée sur son territoire à la candidate russe à l'Eurovision, dont la prochaine édition se tiendra le 13 mai à Kiev. L'Ukraine reproche à Ioulia Samoïlova d'avoir donné un concert en Crimée. Les organisateurs de l'Eurovision se sont dits "déçus" par cette décision et le Kremin a appelé Kiev à "revenir sur sa décision".

Que reprochent les Ukrainiens à la candidate russe ?

Ioulia Samoïlova, une jeune femme handicapée en fauteuil roulant, avait été sélectionnée il y a dix jours par la Russie pour interpréter à l'Eurovision une ballade romantique intitulée "Une flamme brûle". La jeune femme de 27 ans est notamment connue pour avoir chanté lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux paralympiques de Sotchi, en 2014.
 
Sa sélection avait été dénoncée par certains Ukrainiens, la chanteuse ayant donné un concert en juin 2015 en Crimée, tout juste un an après l'annexion de cette péninsule ukrainienne par la Russie.
 
Pays hôte du concours grâce à sa victoire lors de l'édition 2016, l'Ukraine avait ensuite averti qu'elle s'apprêtait à interdire l'entrée sur son territoire à Ioulia Samoïlova, dénonçant une "provocation" russe.

Mercredi, les services de sécurité de l'Ukraine ont décidé d'interdire d'entrée Ioulia Samoïlova pour trois ans. "La décision a été prise en raison de informations reçues sur sa violation de la loi ukrainienne".

Réactions de Moscou et de l'Eurovision

Sans surprise, la décision de Kiev a été aussitôt condamnée par Moscou. Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Grigori Karassine, a immédiatement dénoncé une décision "révoltante, cynique et inhumaine" de la part de Kiev. Plusieurs députés russes ont pour leur part appelé au boycott de l'Eurovision, regardé par 200 millions de téléspectateurs dans toute l'Europe et très suivi en Russie.

Et le Kremlin a appelé Kiev à "revenir sur sa décision", estimant que "c'est une décision extrêmement dommageable".

De leur côté, les organisateurs de l'Eurovision se sont dits "déçus". "Nous devons respecter les lois du pays hôte, mais nous sommes profondément déçus par cette décision qui va à l'encontre de l'esprit du concours et de la notion d'accueil qui fait partie de ses valeurs", a déclaré dans un communiqué l'Union Européenne de Radiodiffusion (EUR), qui organise l'Eurovision. 
 
Connu pour ses chansons sirupeuses, le concours de l'Eurovision est régulièrement agité par des tensions politiques. La Russie et l'Ukraine sont pour leur part à couteaux tirés depuis l'annexion par Moscou de la Crimée, suivie par un conflit armé dans l'Est de l'Ukraine.