Eurovision 2016 : feu vert pour la chanson controversée de l'Ukrainienne Jamala

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/03/2016 à 19H58, publié le 10/03/2016 à 19H40
La chanteuse ukrainienne Jamala fin février.

La chanteuse ukrainienne Jamala fin février.

© Vladimir Shtanko / ANADOLU AGENCY

La chanson choisie par l'Ukraine pour l'Eurovision, "1944", a été officiellement autorisée à participer au concours 2016. Interprétée par la chanteuse tatare de Crimée Susana Jamaladynova, dite Jamala, cette chanson fait polémique en Russie parce qu'elle évoque la déportation par Staline des Tatars de Crimée.

"Le groupe de référence du Concours de l'Eurovision a examiné l'éligibilité de la chanson d'Ukraine "1944", a indiqué un communiqué de l'UER (Union  européenne de radio-télévision), basée à Genève et organisatrice du concours. "Il a conclu que le titre et les paroles de la chanson ne contenaient pas de message politique et qu'elle ne violait pas le règlement du concours. Elle peut donc participer à l'Eurovision de la chanson 2016", a-t-il ajouté.

Un texte inspiré de l'histoire familiale de la chanteuse Jamala

"Il s'agit de la décision finale", a confirmé à l'AFP le porte-parole de l'UER, Dave Goodman. "Le 14 mars, les chefs de délégations vont se réunir à Stockholm, ville d'accueil du concours cette année, et toutes les chansons participantes devront être présentées d'ici cette date", a-t-il précisé.

Jamala, chanteuse de 32 ans devenue star du jazz en Ukraine, a été  sélectionnée pour représenter son pays à Stockholm. Elle a elle-même écrit en anglais les paroles de la chanson "1944", inspirées par les souvenirs de son arrière-grande-mère, déportée avec ses cinq enfants de Crimée en 1944 avec 240.000 autres Tatars. "Quand des étrangers arrivent/Qu'ils entrent chez vous/Ils vous tuent tous et disent/Nous ne sommes pas coupables, pas coupables", dit la première strophe.

Plusieurs responsables politiques, à Moscou et en Crimée, ont protesté contre ce choix destiné, selon eux, à dénigrer la Russie après qu'elle eut annexé en mars 2014 cette péninsule ukrainienne.