"The Glory Gospel Singers" en tournée en France : le plein d'énergie

Par @Culturebox
Mis à jour le 21/08/2017 à 17H13, publié le 21/08/2017 à 17H03
The Glory Gospel Singers à l'église Saint-Pierre à Argentat, samedi 19 août

The Glory Gospel Singers à l'église Saint-Pierre à Argentat, samedi 19 août

© France 3 / Culturebox / Capture d'écran

Ils viennent tout droit de New-York, les "Glory Gospel Singers" étaient samedi soir à l'église Saint-Pierre d'Argentat. Des grands airs de gospel aux standards de la pop américaine, les cinq chanteurs ont su donner le rythme. Leur tournée française s'achèvera le 1er septembre.

Samedi soir à Argentat, les "Glory Gospel Singers" ont alterné chants religieux et musiques pop avec toujours une même ligne de conduite "chanter avec le coeur". "Le secret, c'est que je le fais avec le coeur plus qu'avec mes cordes vocales. Chaque mot que je chante je le pense, sinon je ne le chante pas" confie Alicia Matalyn, l'une des cinq chanteurs présents. Ces mots résonnent avec l'histoire du Gospel. Au XVIIème siècle, les esclaves captifs des négriers chantent leur espérance pour lutter contre la misère et l'exploitation. Le "Negro Spiritual" qui deviendra par la suite le "Gospel" ne tardera pas à naître.

Reportage France 3 Limousin : I. Carpentier / G. Fauquembergue / N. Stil

Faire connaître le gospel dans le monde entier

En 1995, les "Glory Gospel Singers" sont 70 chanteurs à désirer répandre le gospel dans le monde. Aujourd'hui, ils sont plus de 300 à chanter en petits comités dans de nombreux pays. Chants de gospel traditionnels mais aussi pop, leur répertoire éclectique popularise le genre et conquiert de nouveaux publics. Avec leurs costumes colorés et leur énergie débordante, ils s'attachent à transmettre leur passion et à promouvoir la paix à une époque où la division règne. Rappelons que l'un des premiers grands titres de gospel au XIXème siècle a été "We Shall overcome" ("Nous triompherons"), qui deviendra par la suite l'hymne de la marche pour les droits civiques de Martin Luther King. 

La naissance du Negro Spiritual 

Date funeste, 1619 marque le début de l'esclavage aux Etats-Unis. Arrivés sur ces terres lointaines, les esclaves africains sont condamnés à de longues journées de travail. Dans les champs de coton, ils chantent la vie et la mort, la joie et la tristesse pour rendre moins pénible leur quotidien. Au total, entre douze et quinze millions d'Africains seront déportés. De nombreux airs de gospel témoignent de l'arrivée de ces ancêtres sur le sol américain. Quand en 1776 l'Amérique devient indépendante, les pasteurs anglicans et calvinistes veulent porter aux esclaves "L'Evangile de Dieu". Ils leur transmettent à cette fin leurs hymnes et leurs cantiques. Les esclaves s'identifient alors aux Hébreux captifs en Egypte et la libération du peuple d'Israël est vécue concrètement: le Canada est cette Terre Promise où l'esclavage n'est pas autorisé. Quand en 1865, l'esclavage est aboli aux Etats-Unis, très vite des chorales se forment dans les universités et chantent le "Negro Spiritual". Trois siècles après être né sur des négriers, le Gospel devient un hymne à la paix, symbole de la réconciliation entre deux peuples. 

A chaque déplacement, c'est toute cette histoire du Gospel que transportent avec eux les chanteurs du "Glory Gospel Singers". Ils sont en tournée en Franc jusqu'au 1er septembre.