Rebecca Dry & Radek Azul band : quand la soul s'invite dans le 93

Par @Culturebox
Mis à jour le 08/06/2017 à 12H25, publié le 07/06/2017 à 18H09
rebecca-dry2 © Dorian D'Amore

Quand on évoque la Seine Saint-Denis, la première musique qui vient à l'esprit n'est pas forcément la soul ou le rhythm'n'blues. Et pourtant. Le label Q-Sounds propose depuis plusieurs années des albums soul d'une grande qualité, grâce notamment à son backing-band maison : Radek Azul Band. Dernier opus en date, le disque de Rebecca Dry "Bring Back Soul" qui sort ce vendredi 9 juin.

Qui a dit que la soul music était l'apanage des Américains ? Certes, les grands classiques restent ceux produits par Motown et Stax dans les années 60 et 70. Mais en ce qui concerne la production actuelle, la France n'est pas en reste. Preuve à l'appui avec le label Q-Sounds, basé dans le "neuf-trois", qui depuis 2009 a forgé un catalogue authentique et fidèle au son de la grande époque, en enregistrant en analogique et en publiant chaque album en vinyle.

Comme le faisaient les grands studios de Detroit ou Memphis, celui de Seine Saint-Denis possède son backing-band maison, qui permet d'avoir une identité sonore immédiatement reconnaissable : Radek Azul Band. Composé au départ d'une base typiquement rhytm'n'blues (guitare-basse-batterie-clavier), le groupe s'est ensuite étoffé d'une section de cuivres et de choristes. Il accompagne régulièrement les chanteuses Carmen Randria et Rebecca Dry.
"House of cards" et "Keep trying" en concert au New Morning à Paris le 27 février 2014, deux chansons qui figurent sur le nouvel album "Bring back soul"
Rebecca Dry est une chanteuse anglaise vivant à Paris. Elle enregistre chez Q-Sounds depuis 2011. Son premier album "Rebecca Dry sings soul" est sorti en 2012. Elle revient avec ce second opus "Bring back soul" où sa voix chaude et puissante fait des merveilles. Sur ce disque, la soul s'aventure un peu du côté rock sixties, mais l'amour reste le thème central des chansons.
Une des 12 chansons de l'album : "Watch what he says"
Parmi les 12 titres, on trouve une très belle reprise de "Tainted love" qui diffère à la fois de la version d'origine de Gloria Jones (en 1964 puis en 1976) et de celle, très célèbre, du groupe New wave Soft Cell en 1981, qui l'avait quelque peu dénaturée. Depuis, le morceau a été repris en version soul par de nombreuses chanteuses de la scène pop-rock actuelle, comme Duffy ou Imelda May. Ici, la version de Rebecca Dry est beaucoup plus langoureuse, jusqu'à la coda qui rend hommage à l'original. Ecoutez une version live au New Morning en février 2014 :
"Tainted love" Rebecca Dry & Radek AZul Band - New Morning, 27 février 2014
Un album qui prouve, si besoin en était, que les musiciens et labels de l'Hexagone n'ont rien à envier à ceux outre-atlantique, et que la Soul avec un "S" majuscule peut aussi bien sonner en banlieue Parisienne que dans le Tennessee ou le Michigan.
     La pochette de l'album

     La pochette de l'album

© Dorian D'Amore / Jennie Zakrzewski
Ecoutez Rebecca Dry sur sa Chaine YouTube et retrouvez ses infos sur sa Page facebook.