Portrait et souvenirs de famille d'Amy Winehouse au musée juif de Londres

Par @Culturebox
Publié le 03/07/2013 à 12H08
Exposition des photos et des objets d'Amy Winehouse au Jewish Museum de Londres (juillet 2013)

Exposition des photos et des objets d'Amy Winehouse au Jewish Museum de Londres (juillet 2013)

© Lefteris Pitarakis / AP / SIPA

Photos, vêtements et objets personnels d’Amy Winehouse sont exposés au Jewish Museum de Londres. Rassemblés par le frère de la chanteuse de soul britannique, deux ans après sa mort à 27 ans, ils révèlent une jeune fille bien différente de la future diva au corps amaigri, accroc à l’alcool et à la drogue.

Son frère aîné Alex a voulu que les gens se souviennent de ce qu’était l’adolescente au visage lisse, avant que l'addiction la détruise.
 
Il a accompagné les photos de légendes émouvantes, évoquant les livres de Snoopy  qu'ils aimaient lire enfants, la première guitare qu'ils ont partagée, "sans doute le pire instrument jamais conçu", et les disques de jazz qu'elle lui empruntait.
 
Il en ressort un portrait touchant, celui d'une femme qui a remporté six récompenses aux prestigieux Grammy Awards américains - cinq pour son album "Back to Black" en 2006 et un à titre posthume pour son duo avec Tony Bennett -  mais qui n'a pas su vaincre ses démons.
Vêtements d'Amy Winehouse exposés au Jewish Museum de Londres (juillet 2013)

Vêtements d'Amy Winehouse exposés au Jewish Museum de Londres (juillet 2013)

 
Une exposition sur les moments heureux de la vie d'Amy Winehouse
Après des années d'addiction et des tentatives de désintoxication, Amy Winehouse a été retrouvée morte dans son appartement londonien le 23 juillet  2011, terrassée par un abus d'alcool.
 
Aucune référence n'est faite à cette période troublée dans l'exposition qui se concentre volontairement sur les moments heureux de sa vie. "Ce n'est pas un sanctuaire ou un mémorial à la mémoire d'une défunte", écrit Alex Winehouse en introduction. "C'est un instantané d'une fille qui, au plus profond d'elle-même, était simplement une gosse juive du nord de Londres avec un immense talent".
 
L'exposition se tient au Musée juif de Londres, dans le quartier de Camden, situé tout près de l'endroit où la chanteuse a vécu et où elle est morte.
 
Une famille pas religieuse mais très liée à la culture juive
"Amy et sa famille n'étaient pas particulièrement religieux, mais ils ont de très fortes attaches avec la culture juive", explique la commissaire de l'exposition, Elizabeth Selby. Son arrière-grand-père paternel bélarusse avait immigré à Londres en 1890 pour s’installer dans l’East End. Son grand-père Benjamin Winehouse était barbier sur Commercial Street.
 
Alex a fait sa bar mitzvah, la famille fêtait la Pâque juive et se réunissait pour le traditionnel dîner du shabbat le vendredi soir. "Etre juive, pour moi, cela signifie être ensemble, comme une vraie famille", avait dit un jour Amy Winehouse. L'exposition présente ainsi de nombreuses photos de réunions et de repas de famille.
 
La chanteuse gardait beaucoup de ces clichés dans une valise qui est aussi exposée. Elle les avait regardés avec son père, Mick, chauffeur de taxi, quelques jours avant sa mort. Sur une photo d'école, on la voit à dix ans, arborant à la fois un air d'ennui et de défi, un comportement qui lui a valu par la suite d'être renvoyée d'une école d’arts de la scène.
 
Elle avait pourtant intégré avec enthousiasme cet établissement, comme en témoigne sa feuille d'inscription sur laquelle elle écrivait, à 14 ans : "Je rêve d'être célèbre. D'être sur scène. C'est l'ambition de ma vie."
 
"Je veux que les gens, en écoutant ma voix, oublient leurs ennuis pendant quelques instants."
 
Amy Winehouse : A Family Portrait, The Jewish Museum, Londres, jusqu’au 15 septembre