Disparition de Billy Paul, interprète de l'éternel "Me and Mrs. Jones"

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Mis à jour le 25/04/2016 à 18H38, publié le 25/04/2016 à 09H16
Le chanteur américain Billy Paul sur scène à Nice en 2012

Le chanteur américain Billy Paul sur scène à Nice en 2012

© BEBERT BRUNO/SIPA

Chanteur américain, star de la scène soul de Philadelphie, qui a connu la gloire en 1972 avec le hit "Me and Mrs. Jones", Billy Paul est décédé dimanche à l'âge de 81 ans d'une "longue maladie".

Connu pour sa voix mélodieuse et profonde, Billy Paul avait obtenu un Grammy Award et avait contribué au développement du Rythm and Blues moderne. Mais il a subi les conséquences négatives d'une des erreurs de marketing les plus connues de l'industrie musicale américaine.

Reportage : D. Wolfromm, I.Tartakovsky 
Né Paul Williams à Philadelphie, il s'est trouvé dès son plus jeune âge plongé dans l'univers de la soul music de cette ville de l'est des Etats-Unis. Il a participé dans sa jeunesse à des sessions avec des légendes comme Charlie Parker et Nina Simone.

En 1972, Billy Paul se trouve propulsé en haut des classements avec "Me and Mrs. Jones", une chanson sur une aventure extraconjugale, qui sera par la suite reprise par nombre d'artistes, dont le duo pop Hall and Oates et le crooner Michael Buble.
Billy Jones : "Me and Mrs Jones" (clip)
Mais à la suite d'une décision qui allait se révéler commercialement désastreuse, Billy Paul n'enchaîna pas avec une autre chanson du même genre mais avec "Am I Black Enough For You ?" ("Est-ce que je suis assez noir pour vous ?"), morceau funky contenant des allusions au mouvement du Black Power.
Billy Paul : "Am I Black Enough for You" (audio)
"Cette chanson est en avance sur son temps", a déclaré l'artiste des années plus tard, en 2009. "A présent elle est très, très populaire. Elle a rattrapé l'époque - maintenant nous avons un président noir", a-t-il ajouté, faisant référence à Barack Obama.

Selon le producteur de hip-hop Questlove, qui est aussi l'ancien percussionniste du groupe The Roots, Billy Paul était la première icône de la soul, avant Stevie Wonder ou Marvin Gaye: "Il avait la plus incroyable voix de velours qu'il y ait jamais eu", a-t-il dit. La Recording Academy, qui organise chaque année la remise des Grammy Awards, a également loué l'oeuvre de Billy Paul: "Sa carrière a été marquée par des chansons poussant à l'émancipation et par sa voix incroyable".