Solidays : les organisateurs prédisent une fréquentation en baisse de 15 à 20%

Par @Culturebox
Mis à jour le 25/06/2017 à 12H37, publié le 24/06/2017 à 11H52
Solidays 2017 : les premiers arrivants du festival le 23 juin

Solidays 2017 : les premiers arrivants du festival le 23 juin

© Martin BUREAU / AFP

La fréquentation du festival Solidays, à Paris, s'annonce en sérieuse baisse pour sa 19e édition. C’est le constat qu’ont émis les organisateurs vendredi, peu après le coup d'envoi donné par le groupe de rock The NoFace et une visite de la ministre de la Santé Agnès Buzyn.

Les jeunes, plus économiquement frappés

"On verra dimanche (clôture du festival NDLR), mais on devrait faire entre 15 et 20% de moins en termes de fréquentation par rapport à l'an passé", a déclaré Luc Barruet, cofondateur de l'association Solidarité Sida et directeur du plus grand festival francilien qui restait sur un record d'affluence, avec 202.000 spectateurs en 2016.

Reportage : E. Cornet / L. Bignalet / P. Grandouiller /J. Le Roux

Plusieurs raisons expliquent cette décrue, mais M. Barruet en cible trois: "les événements dramatiques qui continuent de se passer, la présidentielle très particulière et la concurrence accrue dans les festivals". A ce titre, le mastodonte américain Lollapalooza s'apprête à débarquer les 22 et 23 juillet sur le même hippodrome de Longchamp, aux portes de Paris.

Facteur aggravant, M. Barruet souligne "que notre public de base, les jeunes, sont plus économiquement frappés que les autres catégories d'âge. Même si ça fait dix, douze ans que nos tarifs n'ont pas changé". En conséquence, "si on fait moins de fréquentation, on fera moins de résultats, donc ça veut dire qu'il y aura moins de programmes en France et à l'international qui seront financés", déplore-t-il.

Macron invité absent

Solidarité Sida organise depuis 1999 ce festival qui a rapporté l'an dernier 2,2 millions d'euros permettant de financer des actions de prévention.

Autre "déception" du patron de Solidays: le président de la République Emmanuel Macron, invité, "ne va a priori pas venir" ce week-end, a affirmé M. Barruet. "On aimerait qu'il envoie un signe encourageant. Il a commencé en signant l'appel du ‘Printemps solidaire’, consistant à consacrer 0,7% de notre richesse à la solidarité internationale et au développement. On aimerait qu'il ne soit pas le énième président à ne pas tenir cet engagement", a-t-il dit.
Solidays 2017 : l'accessibilité aux personnes sourdes et malentendantes

6.000 personnes infectées par an

La ministre de la Santé a pour sa part fait le déplacement. Agnès Buzyn est notamment allée à la rencontre des associations regroupées dans "le village solidarité". Interrogée par l'AFP, Mme Buzyn a souligné l'importance de "Solidays qui permet de parler de la maladie, de la prévention et de la solidarité internationale".

"Le sida, c'est un combat qui ne s'arrête pas, a-t-elle poursuivi. Il y a encore plus de 6.000 personnes qui s'infectent chaque année en France. Il ne faut pas baisser la garde. C'est un combat qui nécessite énormément de bénévoles puisqu'on sent bien une baisse de l'attention des concitoyens à ce sujet."

"Donc il est important que notre jeunesse soit attentive aux enjeux de prévention, notamment l'usage du préservatif qui reste la règle numéro un", a-t-elle rappelé.
Solidays 2017 : teaser 1er jour (23 juin)

Musique

Malgré un contexte difficile, Solidays propose encore cette année une affiche de qualité. C'est The Noface, composé des anciens Skip The Use, sans Mat Bastard parti en solo et programmé dimanche, qui a fait résonner les premières notes sous une chaleur moins accablante que les jours précédents.

Attendu, le rappeur-écrivain Gaël Faye a ravi son public, au contraire du groupe d'inspiration pop 80's La Femme, qui a laissé l'assistance sur sa faim. Le moment fort de la soirée devait être assuré par les Britanniques, vétérans de l'électro-punk, The Prodigy.

Samedi et dimanche, Archive, Ibrahim Maalouf, L.E.J. Imany, Diplo, ou encore -M- se succéderont.

"Des places sont donc encore en vente", a rappelé Luc Barruet, qui a reconnu avoir "une grosse pression à gérer pour les résultats de 2017 et pour préparer 2018 qui marquera les 20 ans du festival". "Ce qui va se jouer c'est l'avenir de Solidays", a-t-il conclu.