Walter Becker, guitariste et fondateur de Steely Dan, est mort à 67 ans

Par @Culturebox
Mis à jour le 05/09/2017 à 11H58, publié le 03/09/2017 à 17H16
Walter Becker sur scène avec Steely Dan en 2015

Walter Becker sur scène avec Steely Dan en 2015

© Zach Cordner/AP/SIPA

Fondateur avec Donald Fagen du groupe américain jazz-rock Steely Dan, Walter Becker est mort le dimanche 3 septembre à l’âge de 67 ans. L’artiste avait manqué les concerts de son groupe en juin et en juillet. Alors en convalescence pour une cause non divulguée, son médecin lui avait recommandé de ne pas quitter son domicile.

Célèbre dans le monde entier pour avoir fondé Steely Dan avec Donald Fagen, Walter Becker avait abandonné le saxophone, son premier instrument, pour la guitare. Lui et son compère aux claviers étaient les deux seuls membres réguliers du groupe de jazz rock californien au groove immédiatement reconnaissable. Ils s’étaient rencontrés à l’université et n’avaient, depuis lors, jamais cessé de faire de la musique ensemble. Ils ont d’abord composé pour d’autres, comme Barbra Streisand, et accompagné le groupe "Jay and the Americans" mais ils ont rapidement publié leurs propres productions.

La composition originale du groupe a évolué au fil des changements de musiciens et les plus grands "requins" de studio ont participé à leurs enregistrements. Et pas seulement des anonymes puisque rien que sur "Gaucho", et parmi d'autres pointures on trouve Patti Austin, Michael et Randy Brecker, Larry Carlton, Mark Knopfler, Jeff Porcaro ou David Sandborn !

Le premier album "Can’t Buy a Thrill" sort en 1972. Le groupe n’en publiera que dix dont un album en public. Une liste à laquelle il faut ajouter un disque quasi pirate de chansons qui ne sont jamais sorties sur des albums et qui a été vendu sous divers titres dont  "The Roaring of the Lamb". La plupart des morceaux n’en sont que des démo d’une très mauvaise qualité sonore contrairement à tout le reste de la production de Steely Dan.

 

Leurs deux meilleures productions, "Aja" en 1977 et  "Gaucho" en 1980, recèlent des merveilles de composition et de production. Un DVD consacré à  la réalisation en studio d’"Aja" permet de comprendre comment le duo cherchait la perfection. La voix de Donald Fagen, toujours à la limite de la justesse répondait à la guitare de Walter Becker, toujours un peu en retrait physiquement mais très présent musicalement. En constante évolution, son jeu à la guitare se révèle très construit. Loin de partir dans de grandes envolées solo comme tant de guitar heroes tellement contents d’eux-mêmes, Becker n’oubliait jamais qu’il était partie prenante d’un groupe. Sa musique déviait souvent vers le funk ou le jazz, enrichissant constamment le "son Steely Dan" dont il est l’inventeur avec Fagen.
Walter Becker - Down in The Bottom ( de son premier album "Eleven tracks of Whack"

En 1981, quand il se sépare (avant de le retrouver 20 ans plus tard) de Fagen, Walter Becker devient producteur pour d’autres artistes. On reconnaît donc sa patte sur les albums de personnalités aussi différentes que Rickie Lee Jones, China Crisis ou même Michael Franks. Entre temps Donald Fagen avait rencontré le succès international avec son premier album solo, l'exceptionnel "The Nightfly". 

Walter Becker a publié de son coté deux excellents albums solo, "11 Tracks of Whack" en 1994 et  "Circus Money" en 2008. Le musicien blond à lunettes, au physique passe-partout, n'avait cependant jamais rencontré la reconnaissance internationale sur son seul nom.

Donald Fagen entend garder la musique de Steely Dan "vivante"

Dimanche soir, Donald Fagen a publié un long message sur Facebook célébrant son partenaire et ami. Il raconte comment les deux complices se sont rencontrés au Bard College en 1967 et ont commencé aussitôt à écrire de "petits morceaux foldingues sur un piano droit". "Nous aimions beaucoup les mêmes choses : le jazz (depuis les années 20 jusqu'aux années 60), W.C. Fields, les Marx Brothers, la science fiction, Nabokov, Kurt Vonnegut, Thomas Berger, et les films de Robert Altman. Ainsi que la soul music et le blues de Chicago."

Il revient aussi sur la personnalité "hilarante" de Walter Becker, qui, après avoir eu une enfance difficile, était devenu cynique sur la nature humaine tout en étant capable de "lire la psychologie cachée" des gens et de la transformer en art.
"J'ai l'intention de garder vivante la musique que nous avons créée ensemble pour Steely Dan le plus longtemps possible", conclut-il en soulignant que Walter lui manquera.