Vieilles Charrues

du 13 au 16 juillet 2017

Soom T aux Vieilles Charrues : "Dans l'industrie du disque, les femmes sont sous-estimées"

Par @Culturebox
Publié le 16/07/2016 à 19H19
La chanteuse Soom T mélange hip-hop et raggamuffin. 

La chanteuse Soom T mélange hip-hop et raggamuffin. 

© Bernard Benant

Après 20 ans de carrière et de nombreuses collaborations, comme avec Asian Dub Foundation, Soom T a sorti son premier album "Free as a bird" en novembre dernier. Celle que l'on surnomme la princesse du raggamuffin y raconte notamment son dégoût de la politique. Interview avant son concert de vendredi soir aux Vieilles Charrues (Finistère).

Le calme avant la tempête. Détendue, la chanteuse écossaise évoque avec le sourire l'influence de Michael Jackson - son idole - sur sa musique. Pour composer son premier album "Free as a bird", Soom T s'est réfugiée dans les Highlands de son pays natal. Lorsqu'il s'agit de parler de son engagement politique et féministe, son débit s'emporte et ses mains suivent son flot de paroles impressionnant. De quoi s'échauffer la voix quelques heures avant son concert vendredi soir pour les Vieilles Charrues (Finistère). 
 

Vous faites de la musique depuis 20 ans, vous avez plus de 500 titres à votre actif. Pourquoi avoir attendu aussi longtemps pour sortir votre premier album, "Free as a bird" ?

Soom T : J'ai toujours fait de la musique. C'est important de sentir le bon moment. Pour faire mon premier album commercialisé, je voulais saisir une opportunité pour faire un album de qualité. Avec le label Chapter Two, j'ai su que je pourrai le faire.
 
Il y a beaucoup d'influences différentes sur votre album, de Michael Jackson jeune ("City Zoo") à la musique indienne ("Gimme Gimme"). Comment mélangez-vous ces inspirations ?
Soom T : Je pense que c'est naturel. En musique, tu n'essayes pas. Cela vient tout seul. Depuis que je suis petite, je suis fan de Michael Jackson ! Avec mes 5 frères et sœurs, on l'écoutait tout le temps à la maison. Mon père refusait que j'écoute Madonna ou Queen, mais pour Michael Jackson, il n'y avait aucun problème (rires). C'est un artiste universellement reconnu pour son talent.

Vous avez des chansons engagées sur votre album, comme "Politic man". Votre ambition est-elle de faire danser le public sur des textes politiques ?
Soom T : Oui, je veux faire réfléchir les gens. Je n'ai pas eu d'éducation très poussée, je ne suis pas d'une famille aisée. Je veux m'adresser à ces gens-là, qui me ressemblent. Dans cette chanson, j'explique que les politiques sont des pourris. Ils ne sont pas là pour nous aider. Je suis fatiguée de les écouter répéter la même chose.
 
Sur scène, votre groupe est exclusivement féminin. Est-ce une revendication féministe ?
Soom T : Oui car je crois à l'égalité entre les hommes et les femmes. J'ai passé 20 ans de ma vie à développer ma musique. Maintenant, j'estime que j'ai un devoir envers mes sœurs artistes. Dans l'industrie du disque, les femmes sont maltraitées et sous-estimées. Le terme "féministe" est juste une étiquette pour me permettre de montrer le courage et le talent de ces artistes.