Vieilles Charrues

du 13 au 16 juillet 2017

Pharrell Williams aux Vieilles Charrues : "la France n'a pas peur"

Par @Culturebox
Mis à jour le 16/07/2016 à 12H52, publié le 16/07/2016 à 12H50
Pharrell Williams sur la scène Kerouac aux Vieilles Charrues 2016. 

Pharrell Williams sur la scène Kerouac aux Vieilles Charrues 2016. 

© FRED TANNEAU / AFP

La classe américaine. Avec un spectacle calé au millimètre près, Pharrell Williams a transformé les Vieilles Charrues en dancefloor à ciel ouvert. Très communicatif avec son public, il a rendu un hommage touchant aux victimes des attentats en France depuis 2015.

Comme surgit de nulle part, Pharrell Williams apparaît au fond de la scène Kerouac des Vieilles Charrues (Finistère). Coup de projecteur sur lui, les musiciens sont plongés dans le noir. La rythmique groovy de "Lose yourself to dance", un titre composé avec les Daft Punk, résonne. Les projecteurs aux couleurs pop s'allument, quatre danseuses débarquent sur scène. Comme les deux choristes, elles portent le même uniforme : jean taille haute et t-shirt fleuri à trois bandes. Pendant 1h30, elles se déhanchent à un rythme effréné.

Entouré de son harem féminin, le chanteur qui clame son amour aux femmes sur son album "Girl", joue au séducteur. "Hey ! Hey !", les chœurs de "Come Get It Bae" sont repris par le public. Pendant le couplet d'une de ses choristes, Pharrel Williams se met en retrait. Tout au long du concert, l'artiste met en avant son équipe. Si le show est calé au millimètre près, Pharrell Williams prend le temps de communiquer avec son public. "Vous avez tous des portables ? Ok, c'est le moment de les ranger. Parce que maintenant, vous allez tous sauter", lance-t-il tout sourire avant de se prêter à l'exercice. Et les Vieilles Charrues se transforment en dancefloor à ciel ouvert.

Une déclaration d'amour aux femmes

A la moitié de son set, Pharrell Williams dévoile sa première surprise pour le public. Il est rejoint par le rappeur Shay Haley, sa moitié pour le groupe N.E.R.D. Plutôt calme jusqu'ici, le chanteur explose pendant les anciens titres du groupe. "Vous savez qu'en France vous avez les plus belles femmes du monde ?" lance-t-il au public. Dans les secondes qui suivent la fin de sa phrase, une petite vingtaine de festivalières sortent des côtés de la scène. Pendant une chanson, Pharrell Williams esquisse quelques pas de danse avec chacune d'entre elle. Et ça se termine en séance de câlins.

Pour continuer à rendre hommage aux femmes, "si belles et si intelligentes", il quitte la scène en la confiant à ses danseuses et choristes sur un medley de "Milkshake" de Kelis et "Hollaback Girl" de No Doubt. De retour sur scène, il joue au chef d'orchestre avec le public en reprenant "Drop it like it's hot", un featuring enregistré avec Snoop Dogg. Il enchaîne alors avec ses duos les plus connus – et les plus attendus par le public – de "Blurred Lines" à "Get Lucky".

Des poings levés pour scander "Freedom"

Le concert touche à sa fin et Pharrell Williams lance : "Et maintenant, nous allons être heureux. Car la France n'a pas peur". Pendant qu'il fait répéter "Not afraid" au public, une dizaine d'enfants le rejoignent sur scène. Loin d'être impressionnés, ils se déhanchent sur son tube "Happy". A leur sortie de scène, Pharrell Williams lâche : "Faites du bruit pour le futur de la France. Car quand ils seront grands, ils n'auront pas peur du terrorisme. Ils ne verront pas non plus les hommes noirs encore assassinés aux Etats-Unis. Tout cela sera fini."

Il poursuit : "Cela commence ce soir. Avec vous, exerçant votre liberté." Le clip de "Freedom" se lance sur l'écran géant au fond de la scène. Pharrell Williams déclenche un nuage de poings levés, avec un public scandant "Freedom". Pour clôturer ce show impressionnant, l'artiste s'incline face à son public. Il entonne les premières notes de La Marseillaise, reprise par une foule en liesse. Pharrell Williams quitte la scène sur les derniers mots de l'hymne national, avec pour simple conclusion : "Il y a eu tellement d'amour ce soir. C'était incroyable. Magique."