Suicide de l'épouse de Cantat : un ex-compagnon sera entendu par la justice

Par @Culturebox
Publié le 17/10/2013 à 18H27
Bertrand Cantat et Kristina Rady

Bertrand Cantat et Kristina Rady

© VILLARD/NIVIERE/SIPA - PHOTOPQR/SUD OUEST/FABIEN COTTEREAU

Le parquet de Bordeaux a décidé de faire auditionner un ancien compagnon de Kristina Rady, épouse du chanteur Bertrand Cantat, qui s'était suicidée en janvier 2010. Cet ami, François Saubadu, estimant que la jeune femme a pu en arriver là après des "violences psychologiques".

Vers l'ouverture d'une enquête préliminaire
"Le procureur de la République de Bordeaux Marie-Madeleine Alliot a reçu, à leur demande et à titre de courtoisie, Me Yael Mellul, son avocate, et son client, la semaine dernière", a-t-on déclaré jeudi au parquet.
   
Me Mellul ayant évoqué l'existence d'éléments nouveaux autour des circonstances de la mort de Kristina Rady, "le procureur a décidé de faire auditionner cet homme pour connaître quels pourraient être ces éléments nouveaux", a-t-on indiqué de même source, en précisant qu'ensuite le procureur déciderait s'il y a lieu d'ouvrir une enquête préliminaire.
   
Me Mellul, confirmant une information d'Europe 1, avait auparavant assuré avoir été informée jeudi par le procureur de Bordeaux "de l'ouverture d'un complément d'enquête" par le parquet sur les causes de la mort de Mme Rady.
   
Des "violences psychologiques" 
Kristina Rady s'était suicidée au domicile conjugal à Bordeaux. Bertrand Cantat, libre depuis deux ans après avoir purgé sa peine pour le meurtre de l'actrice Marie Trintignant en 2003, avait été mis hors de cause pour ce suicide.
   
Me Mellul, spécialisée dans les violences conjugales, a annoncé en août vouloir que le chanteur soit poursuivi: elle estime que pourrait lui être appliqué le Code pénal au titre de "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner", un "suicide forcé" par des "violences psychologiques", selon elle.
   
L'avocate s'appuyait notamment sur un livre "L'amour à mort" (L'Archipel), dans lequel est publiée la retranscription d'un message téléphonique de Mme Rady à ses parents, en juillet 2009. Elle y semblait abattue, présentant M. Cantat comme violent, voire "fou". Les parents de Kristina ont, pour leur part, assuré se "désolidariser totalement" de la démarche de Me Mellul.
   
Réaction de l'avocat de Cantat
Me Aurélien Hamelle, l'avocat de Bertrand Cantat, a souligné dans un communiqué que l'enquête menée en 2010 avait conclu "à l'absence de toute responsabilité dans son suicide".
   
"La justice devrait maintenant contribuer à l'apaisement et non pas céder à la pression exercée par des personnes qui ne savent rien, n'ont aucune légitimité et qui méprisent l'intérêt de Bertrand Cantat et des deux enfants qu'il a eus avec Kristina Rady", a-t-il réagi. Il s'est dit toutefois certain que si enquête il y avait, elle conduirait "à exclure toute responsabilité de Bertrand Cantat".