"Stairway to Heaven" est-il un plagiat ? Le jury a du mal à trancher

Par @Culturebox
Publié le 23/06/2016 à 09H13
Francis Malofiy, avocat de Michael  Skidmore pour Taurus

Francis Malofiy, avocat de Michael  Skidmore pour Taurus

© ROBYN BECK / AFP

Led Zeppelin a-t-il pillé l'introduction de "Stairway to Heaven" à un groupe californien des années 60 ? Le jury n'a pas réussi à se mettre d'accord sur un verdict mercredi, premier jour de délibérations du procès concernant la légendaire ballade.

Les délibérations reprendront jeudi matin au tribunal fédéral de Los Angeles lors d'un procès très médiatique où les deux stars de "Led Zep'", le chanteur Robert Plant et le guitariste Jimmy Page, se sont défendus d'avoir dérobé la mélodie d'introduction de leur chanson emblématique à "Taurus", morceau instrumental du groupe Spirit.

"Je me suis assis avec Jimmy près du feu et j'avais le premier couplet qui allait avec ce qu'il jouait"

Robert Plant a raconté mardi devant le tribunal sa version de la genèse de "Stairway to Heaven", enregistrée entre fin 1970 et début 1971, trois ans après la sortie de "Taurus". Un soir de répétition dans la campagne anglaise, "je me suis assis avec Jimmy près du feu et j'avais le premier couplet qui allait avec ce qu'il jouait", a affirmé Robert Plant, âgé de 67 ans.

Le guitariste de Spirit, Randy California, qui a composé "Taurus", n'a jamais engagé de poursuites avant sa mort par noyade en 1997. Il a toutefois longtemps maintenu auprès de ses proches et dans certains articles de presse qu'il méritait un crédit d'écriture pour "Stairway", qualifiant la chanson de "vol".
La plainte a été déposée il y a deux ans par le gérant de sa succession, Michael Skidmore, demandant des dommages et intérêts et une mention d'auteur pour la participation à l'écriture de "la plus formidable chanson du rock", qui a généré des millions de dollars. "Donnez un crédit quand un crédit est dû", a réaffirmé l'avocat de Michael Skidmore, Francis Malofiy, mercredi lors de sa plaidoirie de clôture. Alors que les faits auraient été normalement prescrits, ces poursuites ont été permises par la sortie d'un nouvel enregistrement en 2014. 

Entre 3,4 et 13,5 millions de dollars réclamés

En raison des faits prescrits auparavant et vu la réglementation sur les droits d'auteurs, la période sur laquelle Michael Skidmore peut réclamer des droits d'auteur au nom de Randy California ne porte que sur 5 ans (2011-2016). "Nous demandons un crédit d'un tiers, un crédit partagé", a déclaré M. Malofiy aux jurés, demandant entre 3,4 et 13,5 millions de dollars.

Outre les similarités sur quelques notes de la mélodie d'introduction, les jurés vont aussi devoir déterminer si les membres de Led Zeppelin avaient été exposés à "Taurus". Jimmy Page a soutenu la semaine dernière ne pas se souvenir d'avoir assisté à un concert de Spirit ni rencontré ses musiciens. Il a aussi dit avoir entendu pour la première fois "Taurus" il y a quelques années seulement, quand son gendre le lui a fait découvrir sur internet pour le comparer à "Stairway".

Un professseur en musicologie pour étayer loes arguments de la défense

Le guitariste de 72 ans a par ailleurs assuré n'avoir découvert que récemment qu'il possédait l'album de Spirit contenant "Taurus", après avoir cherché dans sa collection de plus de 10.000 vinyles et CD. Or Led Zeppelin - qui inclut aussi le bassiste et pianiste John Paul Jones et le batteur John Bonham - avait fait la première partie de Spirit pour son concert inaugural en Amérique, le 26 décembre 1968 et partagé plusieurs fois l'affiche avec le groupe entre 1968 et 1969.

La plainte affirme que Led Zeppelin a déjà volé les compositions d'autres musiciens, citant 16 chansons ayant fait l'objet de litiges dont "Whole Lotta Love" et "Babe I'm Gonna Leave You". La défense a pour sa part fait intervenir un professeur de musicologie, Lawrence Ferrara, qui soutient que les similarités entre les deux morceaux relèvent d'une progression musicale utilisée depuis des siècles.

Parmi une série de procès pour plagiat médiatisés dans la musique, la famille de la légende "soul" Marvin Gaye s'était vue octroyer 7,4 millions de dollars (réduits ensuite à 2 millions) l'an dernier par un jury qui estimait que "Blurred Lines", tube de Robin Thicke et Pharrell Williams, avait pillé la célèbre chanson "Got to Give It Up".