Pour Bruce Springsteen, Donald Trump est un "abruti" qui fait honte aux USA

Par @Culturebox
Mis à jour le 24/09/2016 à 12H20, publié le 24/09/2016 à 11H23
Bruce Springsteen sur scène en juillet 2016.

Bruce Springsteen sur scène en juillet 2016.

© Walter Bieri / AP / SIPA

"En gros, la République est assiégée par un abruti", résume Bruce Springsteen au sujet du phénomène Donald Trump, candidat républicain à la Maison Blanche. "Tout cela est tragique. Tragique pour notre démocratie", se désole-t-il dans un entretien à Rolling Stone. Dans une émission diffusée en Norvège et en Suède vendredi il a aussi estimé que Trump faisait "honte" aux Etats-Unis.

Les idées que Trump agite "sont très dangereuses"

"Quand on commence à parler d'élections truquées, on pousse les gens au-delà de la gouvernance démocratique. Et c'est quelque chose de très très dangereux. Une fois que vous avez fait sortir le génie de sa bouteille, c'est très difficile de l'y faire ré-entrer, s'il y rentre jamais", explique Bruce Springsteen dans un entretien à Rolling Stone (en anglais).

"Les idées qu'il agite auprès des masses sont des idées très dangereuses - le nationalisme blanc et tout le mouvement d'extrême-droite", continue le musicien. "Le truc de Trump c'est d'avancer des réponses simples et fallacieuses à des problèmes extrêmement complexes. Et cela peut être très séduisant."

"Je ne pense pas qu'il va gagner" mais sa candidature est "une honte"

"L'absurdité dépasse le dessin humoristique. Mais il est si près (de la Maison Blanche) qu'on peut s'inquiéter", a déclaré le Boss dans l'émission "Skavlan", diffusée vendredi en Norvège et en Suède (et visible ci-dessous). "Je ne pense pas qu'il va gagner, mais le fait même qu'il soit candidat est une grande honte si vous être un Américain", a-t-il estimé.
 
Trump sait comment dire aux électeurs "certaines des choses qu'ils veulent entendre", y compris aux gens qui "ne sont pas à l'aise avec la coloration de l'Amérique", a-t-il ajouté, soulignant : "Nous avons des problèmes aux Etats-Unis, des inégalités énormes dans la distribution des richesses, qui sont le terreau de la démagogie".

 

Le Boss, artiste engagé, fêtait ses 67 ans vendredi

Bruce Springsteen, qui fêtait vendredi son anniversaire (67 ans), a toujours été un artiste engagé, défendant les milieux ouvriers et les laissés pour compte de l'Amérique dans ses chansons (en dépit du malentendu tenace "Born in the USA" souvent perçu comme du nationalisme alors qu'il y racontait le retour difficile au pays d'un vétéran du Vietnam).

Politiquement, il est plus engagé depuis 2004, lorsqu'il avait fait campagne pour le démocrate John Kerry face au republicain George W.Bush. Il a ensuite activement soutenu la candidature de Barack Obama, plus mollement pour son second mandat à la Maison Blanche, admettant avoir été quelque peu déçu.

Cette année, hormis ces propos virulents, il ne s'est encore engagé auprès d'aucun candidat. Dans Rolling Stone, il assure qu'il prendra en considération d'éventuelles demandes (de concert par exemple). "Je ne pense pas que les gens s'intéressent aux musiciens pour leurs points de vue politique. (...) Mais ça vaut le coup de donner un coup de main lorsque que c'est la seule chose qu'on a", assure-t-il.

Quant à savoir si Bruce Springsteen manque un peu d'enthousiasme vis à vis d'Hillary Clinton, il répond très clairement. "Non. J'aime bien Hillary. Je pense qu'elle ferait un très, très bon président."